•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bourses d'études de la fondation Universitas : les résultats du vote fort attendus

Une salle d'attente et une réception derrière une grande paroi vitrée.
Les bureaux d'Universitas Photo: Radio-Canada / La facture
Radio-Canada

Un vote décisif quant aux régimes d'épargne-études de la fondation Universitas a eu lieu lundi soir à Québec lors d'une assemblée qui avait des allures de consultation publique.

Un texte de Camille Simard

Des parents sont en colère depuis qu'ils ont pris connaissance des nouveaux critères d'admissibilité pour les deux fonds collectifs Universitas et REEEflex.

Ils promettent de se faire entendre auprès des dirigeants.

La fondation Universitas a revu en janvier dernier les critères d'admissibilité pour ses deux fonds collectifs.

Une façon de faire qui permet à un plus grand nombre d'enfants d'avoir accès aux bourses d'études et « qui répondait à un grand nombre de demandes », selon la direction.

« Il y a des parents qui estimaient qui ne touchaient pas l'argent auquel ils avaient droit en vertu de la loi, parce que nous on mettait des critères plus sévères que la loi », explique Isabelle Grenier, vice-présidente exécutive chez Universitas.

L'ancien programme récompensait les élèves les plus persévérants, ceux qui se rendaient jusqu'à l'université, en raison du phénomène de l'attrition.

Nathalie Delisle, une mère de quatre enfants qui cotise au fonds d'études depuis 17 ans, a fait part de son mécontentement. Avec les nouvelles règles imposées par Universitas, elle estime qu'elle perdra des milliers de dollars.

« On nous a promis que, grâce à l'attrition, on aurait une bonification qui pourrait aller jusqu'à 50 % si nos enfants se rendaient jusqu'à l'université », affirme celle qui est aussi la porte-parole du regroupement qui compte 4500 membres.

Mme Delisle n'a aucune garantie que ses enfants iront à l'université, admet-elle, mais elle croyait tout de même au principe de persévérance scolaire vendu par Universitas.

« On a joué comme au casino. On a pris le pari que nos enfants se rendront jusqu'à l'université, mais si nos enfants ne se rendent pas, ils laissent des sous sur la table, mais avec notre bagage familial, on croit que tous nos enfants vont se rendre à l'université ».

Mise en demeure

Le regroupement a d'ailleurs mis en demeure la fondation Universitas pour qu'elle revienne à l'ancien système.

« J'avais confiance en Universitas jusqu'à l'an dernier, mais la confiance est tombée », déplore Nathalie Delisle.

Quelle que soit l'issue du vote, la direction promet de mettre en place un programme pour aider les parents qui se sentent lésés.

« Universitas s'est engagé à mettre en place un plan de mesures d'atténuation financière pour les gens qui s'estimeront désavantagés », promet la vice-présidente.

Le vote a eu lieu lundi soir et les résultats seront connus d'ici la fin de la semaine.

Universitas s'était engagé à tenir cette seconde soirée de vote en vertu d'une entente avec l'Autorité des marchés financiers.

Québec

Éducation