•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une gardienne d'enfants prend le chemin de la prison

L'ex-gardienne fixe l'objectif de la caméra à la sortie de la salle d'audience
Karina Medina Marquez en compagnie de son avocate Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'ex-responsable d'un service de garde de Québec devra purger 60 jours de prison pour avoir causé des lésions à un bambin de 8 mois.

Un texte de Yannick Bergeron

Karina Medina Marquez qui était la propriétaire de la garderie « Ma petite école aztèque » n'a pu expliquer comment un bambin de 8 mois avait subi un traumatisme crânien.

Le bambin fréquentait la garderie du chemin Sainte-Foy depuis à peine deux semaines lorsque la gardienne a communiqué avec les parents, le 7 mars 2017.

Karina Medina Marquez a alors affirmé que l'enfant venait de se cogner la tête sur la table à langer.

Photos compromettantes

Conduit au CHUL, la médecin a conclu que le patron des blessures ne correspondait pas aux explications fournies par la gardienne.

Au surplus, les policiers ont découvert dans le cellulaire de la gardienne des photos des blessures démontrant qu'elles étaient survenues plus tôt dans la journée.

La docteur a estimé que les blessures ne peuvent avoir été causées par une autre enfant, ou l'enfant lui-même qui n'était pas capable de se tenir debout.

Madame était seule dans la garderie toute la journée et la seule qui avait un accès à l'enfant et toutes les hypothèses qu'elle avait avancées ont été écartées

Me François Godin, procureur de la poursuite

Le juge Hubert Couture a accepté la suggestion commune des avocats d'imposer à la femme de 36 ans une peine de 60 jours de prison, à purger à raison de deux jours par semaine.

L'ex-gardienne n'avait pas d'antécédent judiciaire avant ces événements et heureusement, le garçon n'en gardera aucune séquelle.

Karina Medina Marquez devra respecter une probation de trois ans pendant lesquels elle ne pourra pas communiquer avec la famille de sa victime et ne pas être en position d’autorité avec des personnes de moins de 16 ans.

Québec

Faits divers