•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Gilets jaunes » : Macron décrète « l'état d'urgence économique et sociale »

Le reportage de Jean-François Bélanger
Radio-Canada

Dans un discours de 13 minutes prononcé lundi soir à la télévision française, le président français Emmanuel Macron a proposé de répondre aux préoccupations portées par le mouvement des « gilets jaunes » par une série de mesures concrètes, mais aussi par des engagements plus généraux.

Il a notamment annoncé que le premier ministre Édouard Philippe présentera dès mardi au Parlement une série de mesures devant permettre aux Français « de vivre dignement de [leur] travail » dès le début de l'année prochaine.

« Sur ce point, nous sommes allés trop lentement », a-t-il convenu, après avoir décrété un « état d'urgence économique et social ».

Concrètement, le gouvernement proposera :

  • une hausse du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIC) de 100 euros par mois dès janvier 2019, « sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur »;
  • une annulation de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), un prélèvement obligatoire qui finance la sécurité sociale et l'assurance chômage, pour les retraités percevant moins de 2000 euros;
  • une défiscalisation des heures supplémentaires, qui pourront ainsi être versées sans impôt ni charge sociale dès le début de 2019.

Le président Macron a aussi indiqué qu'il demande à « tous les employeurs qui le peuvent » de verser une « prime de fin d'année » à leurs employés, sans qu'ils aient à acquitter d'impôt ou de charge sociale.

Il a aussi annoncé qu'il rencontrera cette semaine des représentants de « grandes entreprises » et des citoyens parmi « les plus fortunés » pour discuter des moyens d'aider « la nation à réussir », mais sans donner plus de détails.

Il a en revanche écarté l'idée de rétablir un impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui est calculé non pas sur le revenu, mais plutôt sur la totalité du patrimoine que possède un individu, comme le demandent les « gilets jaunes », estimant que « revenir en arrière affaiblirait » le pays.

L'ISF a été supprimé pour ceux qui investissent dans l'économie et contribuent ainsi à créer des emplois, mais a été maintenu pour les fortunes immobilières, a-t-il souligné.

Des dizaines de personnes sont rassemblées autour d'une table à l'Élysée.Le premier ministre Édouard Philippe, plusieurs de ses ministres, et des représentants patronaux et syndicaux ont participé à la réunion de crise, lundi, à l'Élysée. Photo : Reuters / Yoan Valat/Pool

Appel à un débat national « plus large »

Le président Macron a ensuite appelé le gouvernement Philippe et le Parlement à « aller plus loin » pour lutter contre les « évasions fiscales » et les « avantages indus » que reçoivent certains contribuables.

Nous répondrons à l’urgence économique et sociale par des mesures fortes, par des baisses d’impôt plus rapides, par une meilleure maîtrise des dépenses, plutôt que par des reculs.

Emmanuel Macron, président de la France

Il a toutefois précisé qu'il s'attend à ce que le gouvernement « poursuive l'ambition de transformation de notre pays que [le] peuple a choisie » en le portant à la présidence du pays, il y a un an et demi.

Les systèmes qui permettent de verser des prestations aux chômeurs et aux retraités doivent être gouvernés par « des règles plus justes, plus simples, plus claires et qui récompensent ceux qui travaillent ».

Appelant à un « débat national plus large », M. Macron a dit vouloir s'appuyer pour y parvenir sur les maires, qui sont les « interlocuteurs naturels des citoyens ».

Il entend les rencontrer « région par région » afin de « bâtir le socle de notre nouveau contrat social pour la nation ».

« Nous ne reprendrons pas vraiment le cours normal de nos vies sans que rien n’ait été vraiment compris et sans que rien n’ait changé », a-t-il assuré.

Une dizaine de personnes portant un gilet jaune manifestent sur une route à Biarritz.Des « gilets jaunes » manifestent près d'un poste de péage à Biarritz, dans le sud-ouest de la France. Photo : La Presse canadienne / AP/Bob Edme

L'aboutissement de « 40 années de malaises »

Plus tôt dans son allocution, le président Macron a rappelé que le premier ministre Philippe avait déjà reculé la semaine dernière en acceptant d'annuler une taxe sur les carburants, la mesure originalement dénoncée par les « gilets jaunes ».

Il dit avoir pris la mesure de la « colère plus profonde » qui habite les manifestants. « Je la ressens comme juste à bien des égards et elle peut être notre chance », a-t-il plaidé, avant d'évoquer des situations difficiles vécues par des couples de salariés ou des « femmes de courage » qui peinent à joindre les deux bouts, des « retraités modestes » ou d'autres citoyens « plus fragiles », comme des handicapés.

Il a toutefois plaidé que cette colère grondait depuis bien longtemps, tentant vraisemblablement de se tenir à distance des décisions à l'origine des manifestations parfois violentes des dernières semaines.

Leur détresse ne date pas d’hier, mais nous avions fini lâchement par nous y habituer. Et au fond, tout se passait comme s’ils étaient oubliés, effacés. Ce sont 40 années de malaise qui ressurgissent.

Emmanuel Macron, président de la France

« Sans doute, n’avons nous pas su depuis un an et demi y apporter une réponse suffisamment rapide et forte. Je prends ma part de cette responsabilité », a-t-il déclaré. « Il a pu m’arriver de vous donner le sentiment que ce n’était pas mon souci, que j’avais d’autres priorités. Je sais qu’il m’est aussi arrivé de blesser certains d’entre vous par mes propos. »

Il a toutefois assuré du même souffle qu'il s'est « battu pour bousculer le système politique en place » parce qu'il aime la France, et que sa « légitimité » lui vient du peuple français.

« C'est en pressentant cette crise que je me suis présenté à votre suffrage pour réconcilier et entraîner. [...] Je n'ai pas oublié cet engagement et cette nécessité », a-t-il assuré.

Entrevue avec Julien Tourreille

Un avertissement aux casseurs

En lever de rideau, le président Macron a reconnu que les manifestations, les plus graves depuis le début de son quinquennat, ont « profondément troublé la nation ». Les protestataires, a-t-il enchaîné « ont mêlé des revendications légitimes et un enchaînement de violences inadmissibles ».

Il a prévenu qu'il n'y aura « aucune indulgence » pour les auteurs des violences qui ont émaillé certaines manifestations, dont celles qui ont eu lieu près de l'Arc de Triomphe, à Paris. « Nous avons tous vu le jeu des opportunistes qui ont essayé de profiter des colères sincères pour les dévoyer. »

Aucune colère ne justifie qu'on s'attaque à un policier, à un gendarme, qu'on dégrade un commerce ou un bâtiment public. [...] Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse.

Emmanuel Macron, président de la France

Emmanuel Macron a indiqué avoir donné au gouvernement des instructions « rigoureuses » pour restaurer le calme dans le pays, en précisant que les gestes de ceux qui cherchent « le désordre et l'anarchie » ne doivent pas faire oublier l'indignation légitime d'autres « gilets jaunes ».

Politique internationale

International