•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • À la rescousse des partys de bureau

    Party de bureau dans les années 80 Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Vous souhaitez faire lever votre party de bureau tout en évitant les excès? Voici quelques suggestions tirées de nos archives qui pourraient vous inspirer pour cette célébration des Fêtes entre collègues.

    Dans cette chronique tirée de l’émission radio Métro-magazine du 18 décembre 1961, le journaliste Carl Dubuc dresse le portrait de la coutume du party de bureau, cette « réjouissance impensable durant le reste de l’année ».

    Le party de bureau se distingue de toutes les autres réjouissances de ce genre en ce qu’il met en présence des gens qui d’ordinaire ne se font pas face dans une atmosphère de party. La liberté de mouvement de ces petites réunions, due en grande partie à la quantité d’alcool qui y est librement consommé, pousse donc la majorité des employés de bureau à dire ou à faire ce à quoi il n’aurait peut-être jamais osé penser durant le reste de l’année régulière.

    Le journaliste Carl Dubuc

    Le journaliste annonce que cette coutume est en voie de disparaître. Certains comportements qu’il décrit ont effectivement de quoi surprendre.

    Disons plutôt que la fête est de nos jours davantage encadrée dans certains milieux de travail.

    La lambada

    Montréal ce soir, 15 novembre 1989

    Le temps des Fêtes et ses partys de bureau approchent. Au placard la bamba, enterrée la danse des canards, place au frotti-frotta.

    Le chroniqueur culturel Claude Deschênes

    Au bulletin de nouvelles Montréal ce soir du 15 novembre 1989, le journaliste Claude Deschênes propose une activité bien audacieuse pour faire la fête entre collègues.

    La fièvre de la lambada, une danse très lascive originaire du Brésil, envahit Montréal. Le chroniqueur culturel propose d’en faire l’essai entre collègues dans un des bars de la métropole québécoise qui ont adopté cette nouvelle tendance.

    « Attention aux partenaires jaloux », prend-il soin de mettre en garde les téléspectateurs.

    Des coquetels

    L’alcool est bien souvent au cœur de la fête, mais aussi des débordements. Pour amuser nos invités, pourquoi ne pas les distraire avec des cocktails originaux qu’ils siroteront longtemps?

    Allo Boubou, 15 février 1985

    La professeure en tenue de bar Raymonde Simard propose des boissons tropicales qui ont de quoi impressionner à l’émission Allo Boubou du 15 février 1985.

    Sous le regard fasciné de l’animateur Jacques Boulanger, elle concocte d’abord un cocktail Volcano dans un bol on ne peut plus thématique. La glace sèche à laquelle elle ajoute un trait d’alcool permet de faire entrer le volcan en éruption.

    Fort en alcool, le Zombie est pour sa part agrémenté d’une fleur en plastique, d’une tranche d’orange et d’un parasol.

    « C’est beau! » s’exclame l’animateur.

    La barmaid à la main lourde vient alors de publier un ouvrage : Coquetels et boissons tropicales à votre portée. Elle offre aussi des cours à son institut de Montréal-Nord.

    La gueule de bois

    La modération a bien meilleur goût, mais certains pourraient malgré tout se retrouver avec le « syndrome du lendemain de veille ».

    Science-réalité, 2 janvier 1983

    Ce reportage des journalistes Donald Dodier et Solange Gagnon à l’émission Science-réalité du 2 janvier 1983 s’intéresse à la gueule de bois.

    Une pilule neutralisant les effets de l’alcool, la « Sober Aid », a été mise au point. Mais les experts de la santé interviewés doutent fort de son efficacité.

    Pour le moment, il est donc impossible d’immuniser l’organisme contre les effets de l’alcool. Et si l’on boit plus que de raison, il faut encore s’attendre à payer ses excès par la classique gueule de bois.

    Le journaliste Didier Dodier

    Plus de trente ans plus tard, les recommandations restent les mêmes pour éviter la gueule de bois. Boire lentement, ne pas avoir le ventre vide, s’imposer des pauses et prendre un grand verre d’eau avant de se coucher!

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Art de vivre