•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'illustratrice Emil Ferris remporte le grand prix de la critique BD en France

La femme aux cheveux frisés pose pour le photographe.
L'illustratrice américaine Emil Ferris le 20 septembre 2018 à Paris Photo: AFP/Getty Images / JOEL SAGET
Agence France-Presse

Une autre douce revanche pour Emil Ferris qui, après avoir essuyé le refus de 48 éditeurs pour publier son album Moi ce que j'aime, c'est les monstres, a reçu lundi, en France, le grand prix de la critique BD.

L'Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) a désigné Emil Ferris gagnante au troisième tour de scrutin, précise-t-on par voie de communiqué.

Publié en août, Moi ce que j'aime, c'est les monstres est la première BD romanesque d'Emil Ferris, âgée de 56 ans. Récemment, lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle, elle racontait qu'elle avait travaillé 16 heures par jour pendant 6 ans pour le réaliser. En plus, elle a été victime de la maladie de Lyme après avoir été piquée par un moustique lors de son 40e anniversaire.

Je n'ai pas tenu bon tant que ça. Je suis tombée bien bas à maintes reprises. Ce que tous ceux qui ont un projet à cœur doivent retenir, c'est que malgré les échecs répétés, il faut continuer. C'était tout ce que je pouvais faire, même lorsque j'ai été expulsée de mon appartement et que je me suis retrouvée à la rue. Je ne pouvais même pas payer de robe de bal à ma fille, je n'avais rien. Ma fille vendait des vêtements et me donnait un peu d'argent pour que je puisse manger.

Emil Ferris en entrevue à Tout le monde en parle

Dans cet album puissant, au dessin réalisé au stylo-bille et aux feutres, elle brasse les époques et les récits d'inspiration autobiographique. Contant l'enfance d'une fillette des années 1960 dans un quartier miséreux de Chicago, la jeune Karen fait chaque jour face à l'horreur et à la souffrance, et se représente en monstre. Quand sa voisine Anka, survivante de la Shoah, meurt dans d'étranges circonstances, elle décide d'enquêter. L'occasion pour l'auteure de plonger ses lecteurs au cœur de l'Allemagne nazie.

La couverture du livre représente le visage d'une femme à la peau bleutée, de trois-quarts, avec des lèvres rouges et une boucle d'oreille verte, et en arrière plan un bâtiment en pierre et la pleine lune. La couverture du roman graphique « Moi, ce que j'aime, c'est les monstres » Photo : Alto

Un album couronné de plusieurs prix

L'album récompensé est aussi en lice pour le prix du meilleur album au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, qui sera décerné à la fin de janvier.

Il a également été sélectionné parmi les 100 livres de l'année du magazine français Lire. En juillet, il a reçu trois prix Eisner au Comic-Con de San Diego, dont ceux du meilleur album et de la meilleure auteure.

L'an dernier, le grand prix ACBD avait été décerné à l'artiste italien Gipi pour La terre des fils.

Livres

Arts