•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations de gilets jaunes en Alberta : pas de casse, mais beaucoup de colère

des manifestants se tiennent dehors. Ils ont des vestes jaune fluorescent et des pancartes colorées.
Des centaines de manifestants arboraient des gilets jaunes à Edmonton pour protester contre la taxe carbone et la politique migratoire du Canada. Photo: Scott Neufeld/CBC

Des centaines d'Albertains ont protesté contre la taxe carbone et les politiques d'immigration du Canada samedi. Portant des « gilets jaunes », en référence aux Français qui manifestent dans leur pays depuis plusieurs semaines, ce mouvement n'a pas causé d'incident, mais était animé d'une vive colère anti-immigration.

Des manifestants se sont réunis à Calgary et à Edmonton pour faire écho au mouvement des gilets jaunes, qui a débuté en France, d'abord en réaction à la hausse de la taxe sur l’essence. Ces manifestants albertains dénonçaient à la fois la taxe carbone et la signature du Pacte mondial sur les migrations, une entente promue par les Nations unies.

Des membres du groupe d'extrême droite des Soldats d'Odin ont participé aux deux rassemblements, mais aucun incident n'a été signalé.

Deux hommes sont vus de dos parmi les manifestants. Ils portent des vestes à l'effigie des Soldats d'Odin du Canada.Des membres des Soldats d'Odin, un groupe d'extrême droite fondé en Finlande, étaient présents au rassemblement des gilets jaunes à Edmonton. Photo : Scott Neufeld/CBC

Les manifestations des gilets jaunes en France ont fait de nombreux blessés et ont mené encore samedi dernier à plus de 1000 arrestations, en laissant au passage des rues jonchées de débris et de véhicules incendiés. Rien de tout cela n’a été vu dans les rues de Calgary ou d’Edmonton.

« Nous sommes Canadiens, nous ne sommes pas près d'être aussi "radicaux" », croit Allison Prentice, venue participer à la manifestation devant l’hôtel de ville de Calgary. La colère était toutefois palpable parmi les quelque 200 manifestants qui l’accompagnaient. Alors que la foule scandait des slogans anti-Trudeau, des voix plus furieuses se faisaient entendre. « Traître! », criaient certains.

Les manifestants semblaient dresser un lien entre les déboires économiques de l’industrie pétrolière et les politiques migratoires du pays.

Allison Prentice est inquiète de voir que beaucoup de personnes de son entourage ont de la difficulté à subvenir à leurs besoins. « Je suis inquiète que nous donnions de l’argent, que nous n’avons pas, à des gens qui ne devraient pas y avoir droit, avant de s’occuper des nôtres », dit-elle.

« Ils détestent notre pays et notre mode de vie! » a clamé une autre personne dans son mégaphone, sans spécifier de qui il parlait, mais récoltant néanmoins des applaudissements.

une femme est accroupie avec un corgi habillé d'une veste jaune fluorescent. Des manifestants sont debout derrière elle.Certains des manifestants rassemblés devant l'hôtel de ville de Calgary étaient accompagnés de chiens qui portaient eux aussi le gilet jaune. Photo : Helen Pike/CBC

Le rassemblement s’est déroulé dans le calme, selon la police de Calgary, et il n’y a pas eu d’arrestations. Le bilan était semblable à Edmonton, où des centaines de manifestants se sont réunis au square Churchill.

Stephen Garvey était l'un des organisateurs de la manifestation. Il est également le fondateur de l’Alliance nationale des citoyens, un parti politique basé à Calgary qui se dit en faveur de « l’intégration, pas de l’immigration ». Selon lui, la colère des manifestants envers Ottawa monte depuis longtemps. Il affirme qu’il y a une « censure de la part des médias » à propos du Pacte mondial sur les migrations, particulièrement.

« Le Canada devrait se préoccuper du peuple canadien, pas des gens à la solde du programme de mondialisation des Nations unies à Ottawa », estime-t-il.

À Calgary comme à Edmonton, les manifestants ont d'ailleurs exprimé leur frustration envers les médias, qui, disent-ils, ne parlent pas assez de leur cause.

De nombreux appels à des actions extrêmes ont aussi été lancés sur la page Facebook Yellow Vests Canada (« Gilets jaunes Canada »).

Avec les informations de Sarah Rieger, CBC

Alberta

Politique