•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Altercations avec des usagers : la STO congédie deux chauffeurs

Des citoyens attendent un autobus de la Société de transport de l'Outaouais.
Un autobus de la STO devant le parlement, à Ottawa (archives). Photo: Radio-Canada / Michel Aspirot

La Société de transport de l'Outaouais(STO) indique que deux chauffeurs qui ont fait la manchette au cours des dernières semaines après avoir été possiblement impliqués dans des altercations avec des usagers ne travaillent plus pour elle.

Nous ne pouvons discuter des dossiers d’employés. Mais nous sommes en mesure de confirmer que ces deux personnes ne sont plus à l’emploi de la STO, a écrit la directrice adjointe aux communications du transporteur public, Sophie St-Pierre, dans une déclaration à Radio-Canada.

La section locale 591 du Syndicat uni du transport a confirmé par voie de communiqué que deux de ses membres « ont été congédiés » en lien avec « deux cas bien  distincts ».

Le président du syndicat, Guy Gosselin, a fait savoir qu'il n'accordera aucune entrevue, étant donné que le SUT doit défendre les chauffeurs.

Notez que le syndicat, par la loi, a un devoir de juste représentation et donc les représentants syndicaux ne peuvent pas commenter davantage, puisqu'il y a enquête dans les deux cas, a-t-il écrit.

Une passagère traitée de « salope »

Le premier chauffeur avait été suspendu pendant une enquête interne en octobre après avoir traité une passagère de « salope ».

Une témoin avait filmé l'altercation, devant le Cégep de l'Outaouais. L’extrait montrait une femme dans le cadre de la porte d'un autobus. On pouvait y entendre le chauffeur lui crier de violentes insultes en lui ordonnant de sortir.

Sur les images, on pouvait voir l’autobus se mettre à rouler alors que la porte était ouverte et que la femme peinait à rester à bord. Il s’est ensuite immobilisé quelques mètres plus loin.

Toujours selon la témoin, la jeune femme qui s'était fait insulter était d’abord assise derrière le chauffeur dans l’autobus et parlait au téléphone. C’est alors que le chauffeur avait immobilisé l’autobus en disant qu’il ne bougerait pas tant que la femme ne sortait pas.

Un passager aurait été victime de voies de fait

L'autre chauffeur aurait commis des voies de fait contre Anthony Govas, un homme d'Ottawa atteint du syndrome d'Asperger, à la station de la Gappe, le 21 novembre dernier. Selon les dires de la présumée victime, le chauffeur l'aurait agressée parce qu'elle ne parlait pas français et en raison de son handicap.

Le chauffeur faisait aussi l'objet d'une enquête interne pour conduite avec les facultés affaiblies alors qu'il était au volant de son autobus.

Le transporteur public avait confirmé que l'employé aurait également commis des voies de fait contre un usager. Le chauffeur d'autobus avait été suspendu par la STO et avait été arrêté par la police le jour des faits.

Avec les informations de Martin Robert

Ottawa-Gatineau

Relations de travail