•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première hausse de taxes en trois ans à Québec

Vue en plongée du centre-ville de Québec. La photographie a été prise de jour, durant l'hiver.

Le budget de fonctionnement de la Ville de Québec va s’élever à 1,502 milliard de dollars en 2019.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Radio-Canada

Après deux années de gel, les contribuables de la Ville de Québec verront leurs taxes résidentielles augmenter en 2019. La hausse sera toutefois limitée à 1,4 %, un taux qui correspond à l'inflation réelle. L'augmentation sera identique chez les commerçants.

Un texte de Louis Gagné

L’administration Labeaume a présenté lundi son budget de fonctionnement pour l’année 2019.

En incluant le paiement comptant des immobilisations de 126,2 millions de dollars, les dépenses de la municipalité vont s’élever à 1,502 milliard l’an prochain, une hausse de 2,8 %. Si on tient uniquement compte des dépenses courantes (1,375 milliard), la hausse est de 1,9 %.

L’augmentation de taxes de 1,4 % pour les immeubles résidentiels et commerciaux a été établie en fonction de la variation annuelle de l’indice des prix à la consommation de Statistique Canada pour la région métropolitaine de Québec au 31 août.

Plus près de la réalité

Selon le maire Régis Labeaume, cette nouvelle façon de calculer permettra d’être plus collée à la réalité.

« Avant, on évaluait l'inflation sur un panier de prévisions et ça donnait un écart et on ne veut plus d'écart. Donc, on va constater à chaque 31 août l'inflation […] et on sera toujours exacts », a-t-il expliqué.

Avec l’ajustement de la contribution visant à tenir compte des dettes des anciennes villes, la hausse moyenne des taxes sera de 1,2 %. Les résidents des secteurs de Cap-Rouge, Loretteville et Val-Bélair vont voir leur fardeau fiscal légèrement diminuer.

Hausse moyenne de 34 $

Les propriétaires de maison unifamiliale et de condos paieront en moyenne 34 $ de plus en 2019. Malgré cette hausse, le maire assure que le compte de taxes des contribuables de Québec se compare avantageusement à celui des autres municipalités de la province.

L'augmentation cumulative des taxes par rapport aux grandes villes du Québec est de 67 % plus basse qu'ailleurs en moyenne.

Régis Labeaume, maire de Québec

Quant aux commerçants, ils pourront profiter d’une hausse limitée à l’inflation pour une deuxième année consécutive.

« Pour le non résidentiel, on vise la prévisibilité. Faire en sorte que les commerçants sachent exactement où ils s'en vont et quelle sera notre politique pour les prochaines années », a fait valoir Régis Labeaume.

Paiement en 4 versements

L’année 2019 marque l’entrée en vigueur de la facture de taxes en quatre versements sans intérêt (4 mars, 3 mai, 3 juillet, 3 septembre), et ce, pour tous les propriétaires d’immeubles.

Le financement des délais de versements coûtera 2,3 millions à la Ville.

En 2019, les dépenses des unités administratives vont s’élever à 852,9 millions de dollars, ce qui représente 57 % du budget de fonctionnement. À elle seule, la rémunération globale coûtera 574,9 millions de dollars.

La productivité a augmenté de 40 % depuis 2008. C'est-à-dire dire qu'avec le même dollar de budget d'opération, on fait 40 % plus de travail.

Régis Labeaume, maire de Québec

À 300,5 millions (20 %), le service de la dette représente le deuxième poste de dépenses le plus important de la Ville de Québec.

La dette nette devrait s’établir à 1,549 milliard en 2019, en baisse de 28,6 millions.

1,9 G$ dans les infrastructures

La Ville de Québec a également profité de la présentation de son budget pour dévoiler son programme triennal d’immobilisation (PTI) 2019-2020-2021.

Les projets d’infrastructure qui y sont inscrits atteignent 1,9 milliard, une hausse de 12,5 % par rapport au précédent PTI. Il s’agit du budget d’investissement le plus élevé en 10 ans.

Le montant inclut les investissements dans le Réseau de transport de la capitale.

Près du deux tiers des projets d’investissement (63 %) seront payés en argent comptant ou financés par les gouvernements et les programmes de subvention.

Régis Labeaume soutient que le paiement comptant réduit les besoins d’emprunts et diminue par le fait même la vulnérabilité de la Ville aux fluctuations des taux d’intérêt.

On paie comptant sur trois ans 430 millions de dollars payés cash cette portion des immobilisations payées comptant, c'est ce qui fait la différence dans tous nos budgets maintenant.

Régis Labeaume, maire de Québec

Projets majeurs

La Ville a notamment réservé une enveloppe de 215 millions de dollars pour son réseau structurant de transport en commun.

La construction du centre de biométhanisation recevra 105 millions, tandis que celle du centre de glaces, dans le secteur de Sainte-Foy, héritera d’un montant de 82,4 millions.

L’agrandissement de la bibliothèque Gabrielle-Roy et l’aménagement du marché public recevront respectivement 32,7 et 17,8 millions.

Québec

Politique municipale