•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’agrile du frêne menace de transformer le paysage dans la région d’Halifax

Des dommages sous l'écorce d'un frêne.
Crispin Wood montre les dommages causés par l'agrile du frêne sur un arbre du parc DeWolfe, à Bedford. Photo: Radio-Canada / CBC
Radio-Canada

L'agrile du frêne, qui décimé des millions d'arbres depuis qu'il est apparu en Amérique du Nord en 2002, changera le paysage de la région d'Halifax, selon un expert. Déjà trois frênes d'un parc de Bedford sont morts récemment à cause de cet insecte ravageur originaire d'Asie.

L'agrile du frêne a été aperçu pour la première fois au parc DeWolfe, à Bedford, en septembre, et s'est depuis rapidement imposé.

Trois arbres sont déjà morts, ce qui indique généralement qu'il y en a beaucoup plus d'infectés, selon Crispin Wood, chef de la foresterie urbaine, à Halifax.

Le coléoptère pond ses œufs sur l'écorce des frênes. Lorsqu’il y a éclosion des œufs, les larves s'enfoncent dans les arbres et commencent à manger les tissus vivants.

Cela empêche la sève et les nutriments de circuler dans les branches et les racines. L’arbre meurt alors assez rapidement.

L'agrile du frêne est arrivé en 2002 dans la région de Détroit, puis s'est propagé au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Aux États-Unis, presque tous les frênes sont morts dans les régions où l'agrile a été détecté.

Crispin Wood en entrevue dans le parc DeWolfe, à Bedford.Crispin Wood est chef de la foresterie urbaine, à Halifax. Photo : Radio-Canada / CBC

Une progression rapide

Selon Ressources naturelles Canada, l'agrile du frêne endommage et tue les arbres dans les cinq premières années d’infestation.

Il y a environ 9000 frênes dans les parcs et le long des rues de la Municipalité régionale d’Halifax, ce qui représente environ 5 % des arbres sur ce territoire.

Un insecte vert doré en gros plan.L'agrile du frêne Photo : Associated Press / Minnesota Department of Natural Resources/The Associated Press

Les frênes constituent une plus grande proportion des arbres dans les quartiers les plus récents.

Gros plan d'un frêne dont l'écorce a été grugée par l'agrile.Selon Ressources naturelles Canada, l'agrile du frêne endommage et tue les arbres dans les cinq premières années d’infestation. Photo : La Presse canadienne / CBC

Il y aura assurément un impact sur l'esthétique d'un quartier, affirme Crispin Wood.

Les traitements contre l'agrile du frêne peuvent être coûteux et inefficaces, mais M. Wood prévoit quand même essayer certains d'entre eux dans l'espoir de ralentir la progression de l'infestation et d'éviter de perdre tous les arbres en même temps.

D’après les informations de Pam Berman

Nouvelle-Écosse

Environnement