•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mouvement des gilets jaunes vu par deux Estriens d’adoption

A protester wearing a yellow vest holds a French flag as he walks among tear gas on the Champs-Elysees Avenue near the Arc de Triomphe during a national day of protest by the "yellow vests" movement in Paris, France, December 8, 2018.  REUTERS/Christian Hartmann - RC17656D3B00
Les «gilets jaunes», un mouvement protéiforme, portent plusieurs revendications qui vont du retour de l'Impôt de solidarité sur la fortune, à la baisse des taxes en passant par la démission d'Emmanuel Macron. Photo: Reuters / Christian Hartmann

Alors que les rues de Paris ont été le théâtre de nouvelles manifestations des « gilets jaunes » samedi dernier, deux Estriens d'adoption se sont prononcés sur le mouvement qui enflamme leur pays d'origine.

C’est une grande surprise, a affirmé d’emblée le consul honoraire de France en Estrie, François Gitzhofer. Je pense que le gouvernement, comme beaucoup de Français, n’avait pas prévu où se rendrait ce mouvement. Quand on voit l’étincelle de départ et où on en est aujourd’hui, le chemin semble très compliqué.

Le mouvement des gilets jaunes a pris son envol le mois dernier en France. Plusieurs manifestants sont allés dans la rue pour dénoncer une hausse du prix du carburant annoncée par le gouvernement d’Emmanuel Macron.

Le directeur de La Ruche Estrie, Steven Radenne, suit les aléas du mouvement à distance, à travers sa famille restée sur le continent européen. Ma lecture, c’est un ras-le-bol généralisé de la classe moyenne, a-t-il analysé.

Les deux hommes sont attablés au plateau de la station de Radio-Canada Estrie et regardent la chef d'antenne. Le consul honoraire de France en Estrie, François Gitzhofer et le directeur de La Ruche Estrie, Steven Radenne. Photo : Radio-Canada

Les deux Estriens s’entendent pour dire que la contestation ne date pas d’hier. Je pense qu’il y a quelque part dans l’idée des Français qui représentent les gilets jaunes un sentiment d’injustice et ça a toujours été un grand motivateur, a expliqué François Gitzhofer.

Ce n’est pas le président aujourd’hui qui est responsable de ce qui s’est passé au cours des huit, dix dernières années, a renchéri Steven Radenne. C’est une accumulation. Là où c’est embêtant pour lui, c’est qu’il a déclenché un mouvement en voulant taxer la grande majorité des gens. Je pense que c’est là son erreur au départ.

Des milliers de gens vêtus de gilets jaunes fluorescents ainsi que des automobilistes français affichés se mobilisent dans les rues depuis déjà quatre fins de semaine. Samedi, le ministère de l'Intérieur comptabilisait 1385 arrestations dans l'ensemble du pays.

Le président français Emmanuel Macron adressera une déclaration solennelle à la nation lundi pour répondre au mouvement. J’aimerais qu’il s’adresse plus avec son cœur, a révélé Steven Radenne. J’espère qu’il trouvera la parole pour ramener la paix en France, a pour sa part lancé François Gitzhofer.

Avec les informations de Carla Oliveira

Estrie

Europe