•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Banques alimentaires : une demande plus élevée pendant la saison des Fêtes 2018

Les tablettes de la banque alimentaire remplies de nourriture.

Plusieurs banques alimentaires ontariennes enregistrent une demande particulièrement élevée pendant la saison des Fêtes 2018.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

À deux semaines de Noël, les banques alimentaires de la province redoublent d'efforts pour desservir les plus démunis. Ces organisations caritatives anticipent généralement une hausse d'achalandage pendant le temps des Fêtes, mais plusieurs d'entre elles remarquent une demande particulièrement élevée cette année.

Un texte de Bienvenu Senga

Recueillir 4 millions de dollars et près de 600 000 kilogrammes de nourriture en cinq semaines, c’est l’objectif que s’est fixé la banque alimentaire Daily Bread de Toronto pour la saison des Fêtes. Il s’agit de la cible la plus élevée jamais établie par l’organisation.

L’objectif est élevé parce que les besoins sont élevés et nous ferons tout notre possible pour l’atteindre.

Neil Hetherington, directeur général de la banque alimentaire Daily bread

Dimanche, la banque alimentaire avait déjà recueilli environ 1 million de dollars et 70 % de la quantité de nourriture visée.

Le directeur général de Daily Bread, Neil Hetherington, estime notamment que l’augmentation de la demande s’explique par une combinaison du coût élevé de la vie et des dépenses additionnelles encourues par les familles en fin d’année.

De simples choses, comme le transport pour aller voir des amis ou rendre visite à sa famille, peuvent coûter cher surtout pour une personne à revenu fixe, explique-t-il.

Une dame debout devant un comptoir sur lequel se trouve de la nourriture

Carole Renaud est vice-présidente de la banque alimentaire de Nipissing Ouest

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

La banque alimentaire de Nipissing Ouest, dans le Nord de l’Ontario a également enregistré davantage d’appels pendant les quelques dernières semaines. Mais la vice-présidente de l’organisation, Carole Renaud, ne connaît pas le facteur exact à l’origine du phénomène.

Je ne sais pas si c’est à cause de la neige qui est arrivée plus vite. Ça peut aussi être le manque d’emploi ou le gouvernement qui coupe les [prestations], je n’ai aucune idée, indique-t-elle.

À l’aide notamment d’un radiothon organisé par la station de radio Moose FM, la banque alimentaire a pu recueillir 5700 $ et plus de 13 000 kilogrammes de denrées non périssables. La cueillette sera suffisante pour la saison des Fêtes, selon Carole Renaud.

Davantage d’aînés

Les deux banques alimentaires dénotent une augmentation progressive du nombre d’aînés qui ont recours à leurs services.

C’est une tendance alarmante et nous croyons qu’elle est causée par la précarité de l’emploi. Les gens prennent leur retraite sans les avantages sociaux qu’avait la génération précédente. La banque alimentaire doit donc combler le vide, explique Neil Hetherington.

Un récent rapport de l’Association des banques alimentaires de l'Ontario indiquait une hausse de 10 % du nombre d’aînés ayant eu recours aux banques alimentaires en 2018 par rapport à l’an dernier. Ce taux de croissance est presque trois fois supérieur à celui de la population des aînés en Ontario.

Après avoir payé leur loyer, il ne leur reste plus rien pour manger.

Carole Renaud, vice-présidente de la banque alimentaire de Nipissing Ouest

Les besoins au sein de cette tranche démographique pourraient d’ailleurs être plus présents qu’on ne le remarque. Selon Carole Renaud, les aînés ont beaucoup de fierté et plusieurs d’entre eux hésitent à se rendre physiquement aux banques alimentaires et préfèrent plutôt émettre des appels pour que la nourriture leur soit fournie à domicile.

Il faut les aider quand même, conclut-elle.

Nord de l'Ontario

Pauvreté