•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 5 ans, le pont Dubuc brûlait à Chicoutimi

Quelles leçons tirer de l'incendie sur le pont Dubuc il y a 5 ans?

Il y a cinq ans, un incendie se déclarait dans un pilier du pont Dubuc. Le 9 décembre 2013, le principal lien routier entre les deux rives de Chicoutimi devenait inaccessible.

Pendant 11 jours, et par un froid sibérien, les citoyens ont dû se déplacer à pied d'un côté à l'autre de la rive par le pont de Sainte-Anne. La seule autre option était de faire un détour de 42 kilomètres par le pont de Shipshaw.

Les citoyens circulent sous une série de tentes sur le pont Sainte-Anne.Des dizaines de citoyens traversaient le pont Sainte-Anne à pied chaque jour pendant la crise. (archives) Photo : Radio-Canada

Les citoyens et les élus se souviennent bien de cet épisode où il a fallu faire preuve d'ingéniosité pendant deux semaines.

Je travaillais chez Jean Coutu et c'était assez compliqué de se trouver du transport. Nous, on s'arrangeait entre collègues ou bien les livreurs à la pharmacie, des fois, ils venaient nous chercher, explique Françoise Vachon, citoyenne.

Des autobus avaient été mobilisés pour permettre aux gens qui traversaient à pied de se rendre au travail ou à la maison.

Un feu avait affaibli la structure du pilier numéro 7 pendant la nuit.

À 30 en bas de zéro, un pont en ciment qui prend en feu, c'est improbable!

Jean Tremblay, ex-maire de Saguenay
Un échafaudage sous le pont Dubuc en flammes.Un des piliers du pont Dubuc avait été la proie des flammes dans la nuit du 9 décembre. (archives) Photo : Marc Pettersen

Le maire de l'époque, Jean Tremblay, se souvient qu'il avait dû agir vite.

Je n'ai pas eu le temps de consulter les conseillers et d'avoir des résolutions, ce n'était pas le temps. Il fallait que je prenne des décisions : changer les circuits d'autobus, penser aux policiers qui ne peuvent pas aller à Chicoutimi-Nord, on fait quoi si quelque chose arrive? Les ambulances?, ajoute Jean Tremblay.

L'ex-maire Jean Tremblay parle aux journalistes devant le pont Dubuc. Jean Tremblay a tenu de nombreux points de presse lors de la crise. (archives) Photo : Radio-Canada

Cinq ans plus tard, les différents intervenants qui ont joué un rôle durant cette crise estiment que cet événement a soudé les liens des Saguenéens : il a amené la population à s'entraider.

Ce que je retiens, surtout, c'est la mobilisation de tout le monde. Les travailleurs de l'entreprise privée, de Proco, les employés du ministère des Transports, jour et nuit.

Sylvain Gaudreault, député de Jonquière et ministre des Transports à l'époque

Les Forces canadiennes avaient installé des tentes pour faciliter la traversée à pied. Du café était aussi servi aux courageux qui bravaient l'air glacial de décembre.

Des militaires de Bagotville installent des tentes sur le pont Sainte-Anne.Des militaires de Bagotville avaient installé des tentes sur le pont Sainte-Anne pour protéger les citoyens des intempéries. (archives) Photo : Radio-Canada

Après les événements, la Ville de Saguenay avait réclamé 574 000 $ d'indemnités au ministère des Transports.

Elle a finalement obtenu un montant de 295 000 $.

Un deuxième pont?

Pour le conseiller Marc Pettersen, qui milite toujours pour qu'un deuxième pont soit construit entre les deux rives, la Ville n'est pas à l'abri d'un nouvel incident.

Ça va arriver. Sur le boulevard métropolitain, il y a deux ans, il y a un camion d'essence qui a pris en feu. Il y a trois ans, sur la 640, un autre camion d'essence a pris en feu, assure-t-il.

En campagne électorale, la CAQ a promis une étude socioéconomique sur la construction d'un deuxième pont routier vers la rive nord de Chicoutimi.

Entre-temps, la Ville de Saguenay a aussi mené sa propre étude pour vérifier la possibilité de faire circuler les ambulances et les policiers sur le pont Sainte-Anne en situation d'urgence. Les résultats de cette analyse n'ont pas encore été dévoilés.

D'après le reportage de Claude Bouchard

Saguenay–Lac-St-Jean

Accidents et catastrophes