•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

France : Emmanuel Macron s'adressera à la nation lundi soir

Le reportage de notre envoyé spécial Sylvain Desjardins
Radio-Canada

Le président français, Emmanuel Macron, sortira de son mutisme lundi à 20 h et adressera à la nation une « déclaration solennelle » pour répondre au mouvement des « gilets jaunes », après l'interpellation samedi de 1939 personnes, dont 1709 sont en garde à vue, selon le ministère de l'Intérieur.

Les problèmes que dénoncent les quelque 136 000 personnes qui ont participé au quatrième samedi de manifestations en France contre la politique fiscale d'Emmanuel Macron ne seront cependant pas tous réglés « d'un coup de baguette magique », a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, à la chaîne de télévision française LCI.

« Il faut à la fois répondre à la colère du moment, et on l'a entendue et on l'a comprise, avec des mesures fortes, et aussi ne jamais abandonner le temps long », a-t-il ajouté.

Le président doit recevoir lundi matin « l’ensemble des forces politiques, territoriales, économiques et sociales dans ce moment grave que traverse la nation, afin d’entendre leurs voix, leurs propositions et avec pour objectif de les mobiliser pour agir », a précisé l'Élysée.

« Un débat comme ça n'a jamais eu lieu, a affirmé la ministre du Travail; un débat où il y a à la fois des élus locaux, des patrons, des syndicats, des associations et le citoyen [...], on n'a jamais fait ça. Il faut [...] être sûr qu'à la fin ça aboutit à quelque chose de concret. »

Après huit jours de silence, Emmanuel Macron s'adressera donc directement aux Français à l'occasion d'une allocution télévisée pour annoncer les nouvelles mesures en réponse à la crise déclenchée par les hausses de la taxe sur les carburants.

Il pourrait annoncer une baisse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les produits de première nécessité, la défiscalisation des heures supplémentaires, ainsi que l'instauration d'une prime salariale pour les bas salaires ou d'une prime à la mobilité pour les Français qui se rendent à leur travail en voiture.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a toutefois averti qu'il n'y aura pas de « coup de pouce » général au salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC).

« Si on augmente tous les salaires de façon automatique, il y a plein d'artisans, de commerçants, etc. qui vont mettre la clé sous la porte, qui n'y arriveront pas; ou alors ils vont augmenter les prix et personne ne pourra se payer le service », craint la ministre.

Le coup de pouce au SMIC, on sait que ça détruit des emplois.

Muriel Pénicaud, ministre française du Travail

Le président de la République devrait également accélérer la mise en place de mesures déjà promises, comme la baisse de la taxe d’habitation. L’impôt sur le revenu pourrait aussi baisser et le minimum vieillesse pourrait être augmenté.

Une « catastrophe pour l’économie »

Cependant, le financement de ces mesures demeure incertain, alors que le mouvement des « gilets jaunes » a ébranlé la vie économique française.

« L'impact sur l'économie française est sévère », a déclaré dimanche le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, en marge d'une visite dans un quartier parisien touché par les violences de samedi.

C'est une catastrophe pour le commerce, c'est une catastrophe pour notre économie.

Bruno Le Maire, ministre français de l'Économie et des Finances

« Je ne peux pas vous donner d'évaluation précise pour le moment, mais je le ferai dans les prochains jours », a-t-il dit, en ajoutant : « Il faut nous attendre à un nouveau ralentissement de la croissance en fin d'année, étant donné les événements que nous venons de traverser. »

Le ministre français de l'Économie et des Finances, Bruno Le MaireLe ministre français de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire Photo : AFP/Getty Images / ALAIN JOCARD

Le ministre Le Maire a par ailleurs qualifié la crise de « démocratique ». « C'est une crise de la nation, une nation qui n'arrive plus à se projeter de manière unie dans son avenir, et la réponse doit se situer à cette hauteur-là », soutient-il.

Revoir le contrat social

Un autre ministre, celui des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a pour sa part souhaité qu'Emmanuel Macron annonce la mise en oeuvre d'un « nouveau contrat social », en réponse au mouvement des « gilets jaunes » qui ébranle son quinquennat.

M. Le Drian a vu dans ce mouvement l'expression d'un « mal-être » et d'un « sentiment profond d'inégalités » territoriales, sociales et « face aux efforts demandés » pour redresser l'économie française.

« Il y a ce sentiment profond d'inégalité qui remonte à loin et qui donne aux uns et aux autres le sentiment que les efforts sont demandés toujours aux mêmes. Il faut enrayer cela et, pour cela, il faut une parole forte du président de la République », a fait valoir le ministre des Affaires étrangères.

« Ce que je propose [...], c'est qu'il parle de la mise en oeuvre d'un nouveau contrat social, la préparation de ce que doit être le partage social au 21e siècle, l'État providence au 21e siècle », a dit Jean-Yves Le Drian, pour qui il faut aussi « poser globalement la question du pouvoir d'achat ».

Le doyen du gouvernement a critiqué à mots à peine couverts la façon dont les réformes ont été conduites depuis 18 mois, rejoignant ainsi son ex-collègue de l'Intérieur Gérard Collomb.

« On ne prend pas suffisamment en compte l'impact social et politique des mesures que nous sommes amenés à prendre », a déclaré Jean-Yves Le Drian, qui a ajouté : « On ne réforme pas un pays uniquement par le haut. »

Le ministre a par ailleurs invité le président américain, Donald Trump, à ne pas se mêler de politique intérieure française.

Je dis à Donald Trump et le président de la République [Emmanuel Macron] le lui a dit aussi : nous ne prenons pas parti dans les débats américains, laissez-nous vivre notre vie de nation.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères

Donald Trump avait commenté le mouvement populaire des « gilets jaunes » dans une série de tweets critiques.

Un homme est maîtrisé par trois policiers casqués et protégés.Des policiers appréhendent un homme à proximité de la gare Saint-Lazare, à Paris, le 8 décembre 2018. Photo : Reuters / Stephane Mahe

Un lourd bilan pour les manifestations de samedi

Les manifestations de samedi liées au mouvement des « gilets jaunes » ont donné lieu sur tout le territoire à 1723 interpellations, dont 1220 gardes à vue, selon un bilan consolidé diffusé dimanche par le ministère de l'Intérieur.

En nombre de manifestants, c'est l'équivalent des manifestations du 1er décembre, précise le Ministère, qui fait par ailleurs état sur son compte Twitter de 264 personnes blessées, dont 39 policiers et gendarmes.

Au total, 120 000 policiers, gendarmes et sapeurs-pompiers ont été mobilisés pour faire face à cette mobilisation, précise également le Ministère.

À Paris, les manifestations liées au mouvement des « gilets jaunes » ont réuni environ 10 000 personnes et donné lieu à 1082 interpellations, selon la préfecture de police. Le parquet de Paris fait pour sa part état de plus de 900 gardes à vue.

À ce stade, 396 de ces gardes à vue ont été levées, selon cette même source : 108 personnes mises en cause ont été déférées au parquet de Paris, 284 procédures ont été classées et dans 4 autres cas, soit le parquet a été dessaisi, soit la garde à vue a été levée pour raisons médicales.

Des travailleurs défont des barricades en bois.Des travailleurs défont les barricades qui avaient été érigées devant la pharmacie Publicis, de Paris, le 9 décembre 2018, à la suite de la quatrième manifestation des « gilets jaunes » qui a eu lieu samedi. Photo : AFP / Eric Feferberg

« Les autres gardes à vue sont toujours en cours », a mentionné dimanche matin le parquet de Paris.

La préfecture de police faisait par ailleurs état samedi soir de 71 blessés, dont 7 pour les forces de l'ordre, dans la capitale.

Avec les informations de Reuters, BFM TV, et AFP

Politique internationale

International