•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Droits de scolarité : les étudiants de l'Université de Moncton sont inquiets

L'enseigne de l'Université de Moncton à proximité d'une résidence pour étudiants.
Les étudiants de l'Université de Moncton sont inquiets de la hausse anticipée des droits de scolarité. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton a adopté samedi les principes qui vont orienter la préparation de son prochain budget. Le recteur par intérim, Jacques Paul Couturier, a expliqué que l'institution doit se doter de moyens financiers pour continuer à offrir une formation de qualité.

Un texte de Camille Martel

La rencontre est loin d'avoir rassuré les étudiants.

On a eu un avant-goût de ce que pourrait être la hausse des frais de scolarité, déplore Alexandre Cédric Doucet, président de la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM).

La hausse prévue de 5 % est inquiétante, selon lui.

Alexandre Cédric Doucet estime que la hausse des droits et frais de scolarité fera en sorte de rendre l'Université de Moncton moins concurrentielle, mais cette dernière se défend.

Actuellement, nos droits de scolarité sont les plus bas dans toutes les provinces maritimes. Ils sont les plus bas également des universités du Nouveau-Brunswick, affirme Jacques Paul Couturier, recteur par intérim.

Un déficit à régler

L'Université de Moncton a motivé ses choix en présentant un budget déficitaire de 306 000 $.

Alexandre Cédric Doucet en entrevue avec une journaliste.Le président de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM), Alexandre Cédric Doucet. Photo : Radio-Canada

Alexandre Cédric Doucet estime que l’Université de Moncton aurait dû mieux négocier son entente de financement avec la province l’année dernière.

L’Université de Moncton semble regretter cette entente.

Alexandre Cédric Doucet, président de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton

L'Université de Moncton fait tout ce qu'elle peut pour limiter la croissance de ses coûts, explique le recteur.

Pour la prochaine année, le gouvernement s’est engagé à nous donner une augmentation de 1 % à notre budget de fonctionnement. [...] Ce n’est pas suffisant, donc on a encore du travail à faire, mais on le fait notamment du côté du contrôle des coûts. [...] À titre d’exemple, au cours des dernières années, on a limité à 1 % l’augmentation du budget de fonctionnement à l’extérieur des salaires, précise Jacques Paul Couturier.

L'augmentation du financement gouvernemental sera de 2 % l'année suivante, alors que le taux annuel d'augmentation des dépenses des universités au Canada est de 3 %, précise M. Couturier.

Des moyens de pression sont prévus

Les étudiants sont prêts à utiliser des moyens de pression, indique le président de la FÉÉCUM, si l’Université de Moncton entérine la hausse prévue, le printemps prochain.

On va prendre le temps qu’il faut pour motiver les étudiants. S’il y a une manifestation de prévue, on va être prêt, prévient Alexandre Cédric Doucet.

Nouveau-Brunswick

Éducation