•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « Dames de Coeur » réchauffent Saint-Roch

Les «Dames de Coeur» réchauffent Saint-Roch
Radio-Canada

Par un froid mordant, trois résidentes de Bellechasse ont distribué tuques, foulards, gants, manteaux et autres vêtements chauds aux personnes itinérantes, samedi, dans le quartier Saint-Roch. Une initiative 100 % citoyenne.

Un texte de David Rémillard

Les soeurs Marie-Ève et Stéphanie Marquis, ainsi que leur amie Karine Boulay, ont préparé leur coup pendant trois mois. Le tout a culminé samedi par une distribution sous un très symbolique -15 °C.

L'idée a pris naissance à Montréal, où les soeurs Marquis ont été témoins du phénomène de l'itinérance.

« Ça nous a toujours troublées », explique Stéphanie. Surtout en hiver.

« On s’est dit qu’un jour on allait faire quelque-chose pour eux autres, et ce jour-là est arrivé. »

Une première distribution a eu lieu dans la métropole il y a deux semaines. Presque à sec, les « 3 Dames de Coeur » ont mis les bouchées doubles pour refaire le plein de manteaux et autres bottes d'hiver.

Grâce à la générosité du public, elle ont réussi à amasser 300 manteaux et plus d'une centaine de paires de bottes.

Elles sont arrivées au parvis de l'église Saint-Roch, samedi matin, à bord d'une camionnette chargée à pleine capacité.

Nous, on a la chance de dormir à la chaleur. On pense à ces gens-là qui sont parfois obligés de passer la nuit dans la rue.

Marie-Ève Marquis
La camionnette des 3 Dames de Coeur sur le parvis de l'église Saint-RochLa camionnette des 3 Dames de Coeur a attiré plusieurs curieux sur le parvis de l'église Saint-Roch, samedi. Photo : Radio-Canada

Contact humain

L'initiative est entièrement citoyenne et n'est donc pas associée à un organisme. Les organisatrices voulaient aller directement à la rencontre des bénéficiaires de ces dons, sans intermédiaire.

« La plupart du temps, ces gens-là sont ignorés. [...] À la base, ce sont des gens comme nous autres. Nous, on voulait aller vers eux », insiste Stéphanie.

« Ce qu’on aime, c’est interagir avec eux autres. Ils ont tellement de belles histoires. Quand on les écoute c’est vraiment touchant », ajoute Karine Boulay.

Notre paie, c'est de voir leur sourire quand on leur remet quelque-chose.

Karine Boulay

Plusieurs personnes à faible revenu ou vivant en situation d'itinérance se sont massées autour de la camionnette, enfilant parfois sur-le-champ les précieux vêtements qu'ils ont repérés.

Les vêtements excédentaires devaient être remis à l'Auberivière.

Devant le succès de leurs distributions de Québec et Montréal, les trois femmes ont bien l'intention de récidiver l'an prochain.

Avec les informations de Marie Maude Pontbriand

Québec

Pauvreté