•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moose Jaw songe à lancer un service d’autobus vers Regina

Des étudiants montent et descendent d'un autobus municipal à un arrêt.
En plus du service de transport en commun de Moose Jaw, la ville songe à implanter un service permettant aux étudiants et aux travailleurs de faire la navette vers Regina. Photo: Radio-Canada / Jeremy Eaton
Radio-Canada

Le conseil municipal de Moose Jaw jongle avec l'idée de démarrer un service de transport par autobus pour assurer un lien vers Regina afin de pallier l'absence de service provincial.

Les discussions ne font que commencer, selon le porte-parole de la municipalité, Craig Hemingway.

La Ville étudie la possibilité de s’allier à la Polytechnique de la Saskatchewan afin d’offrir aux étudiants les moyens de se rendre à ses campus.

Cette réflexion a été amorcée à la suite de la Compagnie de transport de la Saskatchewan en mai et de l’arrêt du service de Greyhound en octobre.

2 villes, 2 campus, 25 $

Les nouveaux autobus parcourraient, matin et soir, les 75 km qui séparent les campus de Moose Jaw et de Regina, offrant en même temps aux travailleurs un moyen de transport en commun.

Selon la proposition discutée mercredi au conseil municipal, le tarif envisagé est de 25 $ par jour et l’achalandage quotidien est estimé à 40 étudiants, ce qui laisse entrevoir un profit annuel de 34 000 $.

Le conseil attend toutefois qu’une étude approfondie de la proposition soit terminée et que les recommandations aient été formulées avant de prendre une décision.

Le transport : la bête noire des étudiants

Selon la vice-présidente de l’association étudiante du campus de Moose Jaw, Sukhjot Samra, certains étudiants payent déjà jusqu’à 25 $ par jour pour se rendre de Regina à Moose Jaw, sans savoir quand ils pourront en revenir.

« Ce serait facile, pour eux, de voyager en autobus, sans avoir à quémander », confie-t-elle.

L’enjeu a été évoqué lors d’une rencontre des étudiants en novembre.

Beaucoup d’entre eux craignent les affres de l’hiver, explique-t-elle, parce que la météo et son effet sur la circulation minent leur assiduité.

Avec les informations de Janani Whitfield

Saskatchewan

Transport en commun