•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef de cabinet de la Maison-Blanche quittera ses fonctions à la fin de l'année

John Kelly et Donald Trump assis dans des chaises dans le bureau ovale, à la Maison-Blanche.
Le président Trump en compagnie de John Kelly, après l'assermentation de ce dernier à titre de chef de cabinet, le 31 juillet 2017. Photo: Reuters / Joshua Roberts
Radio-Canada

Mettant fin à plusieurs semaines de rumeurs, Donald Trump a annoncé samedi que le chef de cabinet de la Maison-Blanche, John Kelly, quittera ses fonctions à la fin de l'année.

Il s'agit du départ le plus important depuis les élections de mi-mandat, lors desquelles les républicains ont perdu le contrôle de la Chambre des représentants.

Le président américain n’a pas expliqué la raison du départ de John Kelly, mais a toutefois loué sa loyauté dans l’exercice de ses fonctions.

« C'est un type formidable. J'apprécie beaucoup ce qu'il a fait », a déclaré Donald Trump aux journalistes lors de son annonce.

Vendredi, CNN avait annoncé que la démission de John Kelly surviendrait dans les prochains jours.

Le prochain chef de cabinet de la Maison-Blanche devrait être connu dans un jour ou deux, a indiqué le président, qui a toutefois ajouté que celui-ci pourrait être nommé à titre temporaire.

Selon le Washington Post, il serait fort probable que l'heureux élu soit Nick Ayers, 36 ans, qui occupe actuellement le poste de chef de cabinet du vice-président, Mike Pence.

Donald Trump souhaiterait qu'Ayers assume sa fonction pendant deux ans, mais l'intéressé ne peut s'engager sur cette durée pour des raisons familiales, ayant deux enfants en bas âge, et il n'a accepté d'assumer cette fonction que jusqu'au printemps 2019, a pour sa part affirmé un responsable de la Maison-Blanche.

Nick Ayers écoute lors d'une conférence de presse.Nick Ayers à la Maison-Blanche, en juin dernier Photo : Reuters / Leah Millis

« Le président et Nick discutent toujours des conditions d'une telle succession », a expliqué le responsable à Reuters, en précisant qu'Ayers avait le projet de retourner en Georgie et comptait quitter le cabinet de Mike Pence ce mois-ci.

Relation houleuse

Le président avait déjà dit qu'il avait l'intention de garder John Kelly en poste jusqu'aux prochaines élections présidentielles, mais les deux hommes ont eu plusieurs différends ces derniers mois et le pouvoir du chef de cabinet avait diminué.

Le Washington Post écrit que Trump se serait froissé du style de gestion de John Kelly et aurait résisté à certains de ses efforts pour limiter l'indiscipline et le chaos aux bureaux du président. Les dernières politiques et décisions administratives de la Maison-Blanche auraient donc été davantage guidées par l'instinct de Donald Trump que par les conseils de son chef de cabinet.

Les deux hommes se sont également affrontés à propos de décisions relatives au personnel, entre autres sur le sort de Kirstjen Nielsen, la secrétaire à la Sécurité intérieure. John Kelly s'est battu contre l'éviction potentielle de Nielsen, une de ses proches alliées, alors que le président critiquait son piètre rendement en matière d'application des lois sur l'immigration.

En privé, Donald Trump aurait aussi régulièrement commenté le manque de compétences politiques de Kelly, note le quotidien.

Les relations houleuses entre les deux hommes sont également illustrées dans le livre du journaliste du Washington Post Bob Woodward, paru en septembre, Fear : Trump in the White House qui a aussi été traduit en français (Peur). Dans l'ouvrage, Kelly est présenté comme l'un des responsables qui mettent en doute les capacités de Donald Trump, dont il aurait dit qu'il était « un idiot », un « déséquilibré ».

Il ne sert à rien d'essayer de le convaincre de quelque chose. Il déraille. C'est un asile de fous. Je me demande même pourquoi nous sommes là. C'est le pire boulot que j'aie jamais eu.

John Kelly au sujet de Donald Trump, cité dans un extrait du livre de Bob Woodbard

John Kelly, 68 ans, est un ancien général de la Marine. Nommé au poste de secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis par Donald Trump dès le début de son mandat de président, début 2017, il était passé au poste de chef de cabinet en juillet de la même année.

Son arrivée à la Maison-Blanche, où il avait succédé à Reince Priebus, était censée stabiliser le fonctionnement décrit comme chaotique de l'administration présidentielle.

Son départ prochain s'inscrit dans le cadre d'une refonte plus large des équipes de Donald Trump pour faire face à la réalité d'après les élections de mi-mandat.

Donald Trump, président des États-Unis
Avec les informations de Reuters, et Washington Post

Politique américaine

International