•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Meute manifeste contre la signature du Pacte mondial pour les migrations

Des manifestants avec des drapeaux québécois devant le Parlement
Des centaines de manifestants se sont rassemblés devant le Parlement samedi pour contester le Pacte mondial pour les migrations. Photo: Radio-Canada / Claudine Richard
Radio-Canada

Des manifestants de nombreux groupes, dont La Meute, se sont rassemblés samedi devant le Parlement canadien, à Ottawa, contre la signature du Pacte mondial pour les migrations des Nations unies. Environ 400 personnes étaient sur place, selon le Service de protection parlementaire.

Le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette, a indiqué qu'une quinzaine de groupes avaient participé à l'organisation de la manifestation.

Leur objectif était de contester la signature du Pacte migratoire, une décision unilatérale de Justin Trudeau qui n'a pas consulté les Canadiens, a déploré M. Brouillette.

On laisse une partie de notre souveraineté à un gouvernement mondialiste de l'ONU qui n'a pas été élu par le peuple.

Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute

La manifestation s'est déroulée dans le calme, avec une présence policière accrue. Des contre-manifestants étaient également présents.

Selon le Service de protection parlementaire, neuf personnes ont été arrêtées lors de la manifestation. Huit d'entre elles ont été relâchées. La neuvième a été référée au Service de police d'Ottawa et accusée d'avoir agressé un agent de la Gendarmerie royale du Canada.

Le Pacte mondial pour les migrations divise

Les conservateurs fédéraux se sont déjà opposés à la signature de cet accord, craignant pour la souveraineté du Canada.

Le texte de l'accord précise qu'il établit un cadre de coopération juridiquement non contraignant et réaffirme le droit souverain des États de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international.

Le gouvernement Trudeau a défendu sa position, soulignant que le Pacte mondial pour les migrations des Nations unies était une déclaration politique et non un traité juridiquement contraignant.

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, devait participer à cette manifestation, selon le porte-parole de La Meute. Il ne s'y est finalement pas rendu. Sur son compte Twitter, le député de Beauce s'est exprimé contre le Pacte à de nombreuses reprises.

La signature de l'accord est prévue la semaine prochaine, au cours d'un sommet à Marrakech, au Maroc.

Plusieurs pays, dont les États-Unis, l'Australie et plusieurs États européens, comme la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, l'Autriche et l'Italie, ont déjà annoncé qu'ils n'entendaient pas le signer.

La Meute critique les politiques du gouvernement Legault

En marge de la manifestation, le porte-parole de La Meute a par ailleurs qualifié les politiques d'immigration du premier ministre du Québec, François Legault, de populistes.

Toutes les industries de Chaudière-Appalaches manquent de personnel. Ils en font venir de l'Europe, ils en font venir du Mexique.

Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute

Nous, on n'est pas certains que c'est nécessaire de baisser le taux d'immigration au Québec. Il est peut-être même nécessaire de l'augmenter. Il faut juste mieux le répartir sur le territoire québécois, a déclaré Sylvain Brouillette, avant d'inviter le gouvernement à miser sur des programmes d'intégration en région.

Avec les informations de Claudine Richard

Ottawa-Gatineau

Politique