•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cartes de vœux pour les personnes dont les droits fondamentaux ont été brimés

La campagne « cartes de vœux » se déroule à la biblairie GGC de Sherbrooke
La campagne « cartes de vœux » se déroule à la Biblairie GGC de Sherbrooke Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Amnistie internationale Canada francophone organise samedi ses Marathons d'écriture. À Sherbrooke, la population est invitée à la Biblairie GGC jusqu'à 16 h.

L'organisation humanitaire demande à la population d'écrire des cartes de solidarité pour donner de l'espoir aux personnes dont les droits fondamentaux ont été brimés. Cette année, ce sont les femmes victimes de discrimination et de persécution qui recevront ces écrits.

On veut simplement que les gens prennent connaissance des personnes [et de] leur situation et qu'ils écrivent un petit mot d'encouragement. Ça peut être un petit mot du genre "On sait ce que vous vivez et on est de tout cœur avec vous", "On ne lâche pas, on va se battre pour vous"., explique la porte-parole d'Amnistie internationale en Estrie, Mireille Elchacar.

Mme Elchacar ajoute que l'un des buts du marathon est « d'informer la population de ce qui se passe en termes de violation des droits de la personne dans le monde aujourd'hui », en plus de donner du soutien aux personnes qui vont recevoir les cartes.

Mireille Elchacar ajoute que l'activité a un taux de succès « très impressionnant » et que près de 70 % des cas traités à travers le monde au cours des dix dernières années ont connu des améliorations, sur le plan des droits fondamentaux.

Soit des conditions de détention qui s'améliorent, quelqu'un qui peut avoir accès à un avocat, qui peut voir sa famille, ou ça peut aller carrément jusqu'à la libération, précise la porte-parole.

Hôtel de ville

La campagne des « cartes de vœux » se poursuivra également à l'hôtel de ville de Sherbrooke le 17 décembre, à l'occasion d'une séance du conseil municipal. Lors de cette soirée, l'attention sera portée sur le cas de la Brésilienne Marielle Franco, conseillère municipale à Rio de Janeiro.

La militante pour le droit des femmes noires et de la population LGBT a été assassinée en mars 2018.

Le public sera invité à envoyer des cartes de soutien à sa conjointe qui se bat pour que justice soit faite.

Estrie

Droits et libertés