•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environnement et laïcité au menu du conseil national de Québec solidaire

Le reportage de Mathieu Dion
Radio-Canada

Les délégués de Québec solidaire (QS) sont réunis ce week-end à l'occasion du 14e conseil national du parti, notamment pour faire le bilan de la dernière campagne électorale, mais aussi pour discuter d'environnement et de laïcité, un dernier thème qui ne fait pas tout à fait l'unanimité.

Le port de signes religieux par des employés de l'État et des personnes en position d'autorité fait débat au Québec depuis déjà plus de dix ans. La commission Bouchard-Taylor a été créée en février 2007 et a publié ses recommandations en mai de l'année suivante.

Bien que l'enjeu soit depuis demeuré un sujet politique majeur, les membres de Québec solidaire ne se sont toujours pas officiellement prononcés sur la question. La position défendue actuellement par QS provient d'une décision de l'aile parlementaire de l'époque, qui a choisi d'appuyer les recommandations des commissaires Gérard Bouchard et Charles Taylor.

Actuellement, le parti prône l'interdiction des ports de signes religieux chez les employés de l'État en autorité, soit les magistrats et les procureurs de la Couronne, les policiers, les gardiens de prison et les président et vice-président de l'Assemblée nationale.

L'enjeu doit faire l'objet d'un projet de résolution qui doit être soumis aux membres de QS, dimanche matin. Un document de réflexion sera présenté aux membres afin que les associations régionales puissent en débattre et que la réflexion se poursuive jusqu'au prochain congrès du parti, prévu en mars 2019 et qui doit porter sur ce sujet.

Mais déjà ce week-end, deux kiosques sont bien visibles dans les couloirs du Collège Maisonneuve : l'un sur la laïcité et l'autre sur l'inclusion, démontrant qu'il n'existe pas de consensus à ce sujet au sein du parti.

Pour les uns, il s'agit de pousser l'interdiction du port de signes religieux plus loin pour l'imposer aux enseignants, une position également défendue par la Coalition avenir Québec (CAQ). « Ce n'est pas un truc de génération, c'est un truc de conviction profonde où un service de l'État doit être donné de façon neutre sans qu'il y ait d'interférence ou de biais », a affirmé Lise Boivin, coordinatrice du Collectif de la laïcité de Québec solidaire.

Pour les autres, il s'agit plutôt de prôner la laïcité de l'État en tant qu'institution et non des gens qui la représentent. « Pour moi, il n'y a pas de compromis possible parce que j'ai bien conscience de l'impact que ça a. Au niveau de la société, on l'a vu, ça fait 10 ans qu'on traîne ce boulet et on a vu le clivage social que ça ramène », a pour sa part soutenu Eve Torres, déléguée du parti qui porte elle-même le voile.

Une pause pour l'environnement

Samedi après-midi, les délégués ont pris une pause pour pouvoir participer à la Marche mondiale Climate Alarm, qui était organisée à Montréal par le groupe citoyen La planète s’invite au parlement.

Depuis qu'il a fait élire 10 députés à l'Assemblée nationale, le parti de gauche tente de se positionner comme « la seule véritable opposition à la CAQ en matière de lutte aux changements climatiques », tel que l'affirme la chef parlementaire Manon Massé.

« Il faut se mettre en marche dans la nécessaire transition avec les gens », a souligné Mme Massé, en donnant l'exemple des gilets jaunes en France, qui dénoncent notamment la mise en place d'une nouvelle taxe sur l'essence. « Quand les gens sentent qu'ils se font complètement avoir tout le temps, à un moment donné, la goutte fait déborder le vase », a-t-elle commenté, en lien avec l'acceptabilité sociale de mesures environnementales.

Québec solidaire profite ainsi de son conseil national pour marteler davantage son message écologiste par l'adoption d'une « campagne politique sur les changements climatiques », dont le contenu doit être dévoilé dimanche.

Par ailleurs, le Réseau militant écologiste de Québec solidaire s'est réuni à l'occasion de l'événement du week-end. Il réclame plusieurs actions dont la réimpression et la promotion d'une version bonifiée du Plan de transition de Québec solidaire de même que l'embauche d'effectifs dédiés à la mobilisation et à la campagne sur les changements climatiques.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique