•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trains de la banlieue montréalaise mieux adaptés à l’hiver

Le reportage de Vincent Maisonneuve
Radio-Canada

Exo a pris les moyens nécessaires cette année pour que les trains de la banlieue de Montréal soient plus efficaces dans les conditions difficiles de l'hiver.

L'organisme s’est particulièrement attardé à la ligne Deux-Montagnes en effectuant des mises au point sur des locomotives.

Des déflecteurs ont aussi été installés pour empêcher la glace ou la neige d’endommager des valves sous les trains.

Sans ces déflecteurs, les trains devaient être immobilisés le temps que des inspecteurs constatent les dégâts sur les valves, entraînant des ralentissements de service.

« On a remplacé certains moteurs de porte », ajoute Gaétan Turcotte, directeur du service technique et entretien pour exo.

Un homme portant un casque de construction blanc et des lunettes de protection répond aux questions d'un journaliste lors d'une entrevue devant un train arrêté.Gaétan Turcotte, directeur du service technique et entretien pour exo Photo : Radio-Canada

Boîtiers chauffants et plus d'équipes

En plus des trains, les infrastructures, dont les rails et les systèmes d’aiguillage, ont été améliorées.

La glace venant souvent bloquer les systèmes d’aiguillage, des boîtiers chauffants ont été installés.

« Ça va concrètement limiter l’entrée de neige, garder une température plus stable à l’intérieur des capots », précise Yannick Warin, chef infrastructure pour la société.

Des boîtiers noirs recouvrant des rails de train.Des boîtiers chauffants ont été installés sur les systèmes d'aiguillage des rails. Photo : Radio-Canada

Des effectifs supplémentaires ont aussi été prévus pour améliorer la rapidité avec laquelle les rails pourront être déneigés.

« Chaque nuit, sur la ligne Deux-Montagnes spécifiquement, on a rajouté une équipe avec un système rail route : un gros pick-up avec compresseur à l'arrière qui permet de souffler la neige », ajoute M. Warin.

Exo a bon espoir d’améliorer le service pour les voyageurs de la grande région de Montréal, sans pour autant se montrer infaillible.

« Le risque zéro n’existe pas, mais on est confiant d’avoir pris toutes les mesures que nous pouvions prendre pour assurer un service fiable à notre clientèle », assure Catherine Maurice, porte-parole d’exo.

Dans le cas de la ligne Deux-Montagnes, la société doit améliorer le bilan d’efficacité de ses trains dont le taux de ponctualité est passé sous la barre des 80 % en juillet dernier.

Avec les informations de Vincent Maisonneuve et de Diana Gonzalez

Grand Montréal

Transport en commun