•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des animaux de compagnie... robotisés

Un résidente tient un chat robotisé.
Les peluches robotisées sont utilisées au Saint-Jude depuis quelques mois. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le personnel de la résidence pour personnes âgées le Saint-Jude d'Alma utilise des animaux de compagnie robotisés. Les peluches réduisent les problèmes cognitifs des patients touchés par la maladie d'Alzheimer.

Un texte de Flavie Villeneuve

Notre mission, c'est de donner un sourire sur le visage des gens. Ça peut paraître étonnant, mais les résultats sont là, confie le directeur général de la résidence, Daniel Beaulieu.

Cette approche qui se veut une alternative à la zoothérapie a des bienfaits sur l'anxiété, avec moins de contraintes que l'adoption d'un vrai animal.

Le chat et le chien robotisés sont mis à la disposition des résidents. Ces boules de poils peuvent miauler, aboyer et réagir à certaines caresses.

C'est un outil que l'on utilise depuis le mois juin, explique la coordonnatrice aux loisirs Joanie Audet. On a vu beaucoup d'amélioration concernant le langage chez certains patients. Les peluches apportent aussi beaucoup de réconfort.

La prochaine étape pour le personnel, c'est de clarifier les incertitudes entourant l'utilisation de ces animaux auprès des familles.

C'est une maladie complexe. On voit son parent changer et oublier, indique M. Beaulieu. On va impliquer les proches dans ce processus, car c'est difficile pour eux, mais les répercussions sont très positives pour les patients.

Comme à la maison

La résidence le Saint-Jude veut apporter un climat de travail plus familier.

Des peluches, un poulailler, un futur atelier de menuiserie pour les résidents permettent de garder leurs interactions avec les autres et leur sociabilité.

Ce que l'on veut, c'est que les gens se sentent chez eux. On essaie petit à petit d'intégrer des détails au sein du milieu de travail pour donner l'impression d'être à la maison, souligne le directeur général.

Saguenay–Lac-St-Jean

Société