•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reconnaissance faciale doit être réglementée, selon des experts

Le visage d'un homme est scanné par un ordinateur.

L'utilisation de la reconnaissance faciale pose de sérieuses questions éthiques, selon des chercheurs.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

L'utilisation de la reconnaissance faciale soulève de nombreuses questions éthiques et il est urgent de légiférer pour l'encadrer afin de protéger le public, selon ce que soutiennent des chercheurs de l'institut de recherche en intelligence artificielle AI Now Institute de l'Université de New York.

Les experts de l'institut viennent de publier un rapport (Nouvelle fenêtre) dans lequel ils s’inquiètent des dérives autoritaires qui pourraient découler de l’utilisation de la reconnaissance faciale par les gouvernements et les grandes entreprises.

Le rapport demande au gouvernement des États-Unis d’améliorer les règles qui encadrent l’utilisation de la reconnaissance faciale et des technologies similaires puisque plusieurs personnes s’inquiètent déjà pour leur vie privée.

Les systèmes d’intelligence artificielle se répandent rapidement, sans gouvernance adéquate, sans supervision et sans exigence de responsabilité.

Extrait du rapport intitulé « AI Now Report 2018 »

Le rapport propose notamment d’augmenter les pouvoirs des organismes gouvernementaux de régulation afin de mieux gérer les problèmes en lien avec l’intelligence artificielle et la reconnaissance faciale.

Les scientifiques estiment que les entreprises devraient également être plus transparentes au sujet de leurs algorithmes quand ils affectent des décisions pouvant avoir des conséquences importantes sur la vie humaine ou sur la société.

Les chercheurs suggèrent enfin d’avertir les personnes qui ont été ciblées par un système de reconnaissance faciale afin qu'elles puissent manifester leur refus.

AI Now Report 2018 est publié alors que de plus en plus d’experts et de membres de l’industrie se prononcent en faveur d’un plus grand encadrement légal de l’intelligence artificielle. Le président de Microsoft, Brad Smith, a notamment répété son appel (Nouvelle fenêtre) à établir des lois plus sévères en matière de reconnaissance artificielle, jeudi.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau et le secrétaire d’État français chargé du Numérique Mounir Mahjoubi ont par ailleurs annoncé leur intention de mettre sur pied un groupe international sur l’intelligence artificielle, cette semaine à une rencontre du G7 à Montréal. Ce groupe devrait se pencher sur les conséquences de l’utilisation de l’intelligence artificielle et trouver des moyens d’en réduire les inconvénients.

Avec les informations de MIT Technology Review

Intelligence artificielle

Techno