•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Usine Grande-Baie : des étudiants réclament le même salaire que les employés

L'affiche installée devant l'usine Grande-Baie de Rio Tinto.
L'affiche installée devant l'usine Grande-Baie de Rio Tinto. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Environ 80 étudiants qui ont travaillé à l'usine Grande-Baie de Rio Tinto songent à déposer une plainte à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse. Ils disent avoir été moins bien rémunérés que des travailleurs de l'usine exerçant les mêmes fonctions.

Supportés par le syndicat des Métallos, ces étudiants se sont inspirés d'un jugement rendu à l'usine ABI Bécancour en mai dernier.

Le Tribunal des droits de la personne et de la jeunesse a forcé l'entreprise à leur verser le même salaire que les employés, soit 43 $ de l'heure. ABI Bécancour, dont Rio Tinto est actionnaire, a porté en appel le jugement rendu en mai dernier.

Alexandre Fréchette, président du syndicat des Métallos de l'aluminerie d'Alma, précise que les étudiants ont le même salaire pour le même travail à l'usine d'Alma.

Basé sur le statut, à travail égal, c’est discriminatoire de payer quelqu’un différemment.

Alexandre Fréchette, président du syndicat des Métallos de l'aluminerie d'Alma

Toutefois, puisque les travailleurs de l'usine Grande-Baie ne sont pas syndiqués, la situation est différente de celle de Bécancour. Les étudiants ont déposé des plaintes individuellement, selon M. Fréchette.

Il y a des étudiants qui avaient approché les travailleurs à l'interne, voir la possibilité et s'il y avait un dossier pour ça. On leur a donné un coup de main, on les a supportés au niveau des services techniques au syndicat des Métallos, précise Alexandre Fréchette.

Il ajoute que les modifications apportées aux normes du travail feront en sorte que, dès janvier 2019, le principe de salaire égal à travail égal aura force de loi.

Ça fait du sens. Le gouvernement a même fait un projet de loi pour ça.

Alexandre Fréchette, président du syndicat des Métallos de l'aluminerie d'Alma

De son côté, Rio Tinto affirme n'avoir eu aucune information concernant des plaintes ou un quelconque recours.

La multinationale assure offrir des emplois bien rémunérés à ses étudiants.

Saguenay–Lac-St-Jean

Relations de travail