•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission au Campus Saint-Jean sur fond de controverse

Bruno Mercier en entrevue
« D'après moi, je suis mal cité, mais je n'ai aucun enregistrement pour le prouver », déplore Bruno Mercier en entrevue. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le président du conseil philanthropique du Campus Saint-Jean, Bruno Mercier, a annoncé qu'il quittait toutes ses fonctions à l'Université de l'Alberta. Sa démission fait suite à une pétition qui circulait pour demander son départ.

Les signataires de la pétition se disent « profondément insultés » par les questions posées par Bruno Mercier lors d'une rencontre portant sur le renouvellement du mandat du doyen, Pierre-Yves Mocqais, le 29 novembre. Selon eux, ses interrogations sur « la pertinence de la diversité quand il est question de qualité » relevaient du racisme.

Les initiateurs de la pétition sont des employés de l’Université de l’Alberta. Ils n'ont pas répondu à nos demandes d’entrevue.

Radio-Canada n'a pas pu confirmer de quelle façon les questions controversées avaient été formulées. Le principal intéressé ne se souvient pas des mots exacts qu’il a utilisés. Il reconnaît néanmoins sa maladresse, mais se défend d’avoir eu des intentions racistes.

En entrevue, Bruno Mercier a expliqué qu’il avait sous-estimé le sentiment de marginalisation de certains membres de la communauté.

« Moi, j’ai le choix de quitter, [mais] les gens que j’ai pu blessés, eux, ne peuvent pas nécessairement quitter », dit-il. En démissionnant, il espère protéger « la richesse de St-Jean ».

Le doyen condamne les propos

Le doyen, Pierre-Yves Mocqais a réagi aux propos litigieux dans une lettre diffusée aux étudiants et aux professeurs du campus, bien qu’il n’ait pas été présent lorsqu’ils ont été prononcés. Dans sa lettre, il indique devoir « condamner » ces déclarations qui ont « profondément meurtri » la communauté.

En prétendant soulever des questions relatives à la qualité et à la compétence en relation avec les questions de diversité, de telles déclarations ravivent les spectres de la discrimination et du racisme, de ces cancers insidieux qui rongent une communauté ou un système de l’intérieur et peuvent le mener à sa perte. De telles déclarations ne peuvent en aucun cas être justifiées ou ignorées.

Lettre du doyen Pierre-Yves Mocqais, 3 décembre 2018

Le doyen, qui n'a pas lui-même entendu les propos litigieux, a tardé à répondre à nos questions. Il reconnaît l’importante contribution de Bruno Mercier à l’institution, mais il estime que celui-ci a pris une « sage » décision en quittant ses fonctions.

« Sa démission permet de ne pas envenimer les choses », a-t-il avancé, tout en refusant de préciser sa pensée.

Le responsable des communications du Campus Saint-Jean a indiqué que l'Université mènera une enquête sur cette controverse, une enquête dont le doyen n'avait toujours pas eu vent lors de notre entretien.

Alberta

Francophonie