•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup de pouce pour révolutionner le compostage à domicile

L'entreprise Tero développe un composteur maison qui sera commercialisé en 2020.
Véronica Lê-Huu

La jeune entreprise en démarrage Tero, de Québec, qui a développé un appareil domestique permettant de transformer des matières compostables en fertilisant, cumule les prix et les subventions. Un coup de pouce pour poursuivre les démarches vers la commercialisation.

L’entreprise fondée officiellement en janvier dernier par Valérie Laliberté et Elizabeth Coulombe a obtenu cette semaine une aide financière de quelques milliers de dollars de la Ville de Québec. Le projet novateur a aussi remporté des bourses de Forces Avenir et d'Osentreprendre plus tôt cette année.

Cette reconnaissance permet aux deux jeunes entrepreneures diplômées en design de produits à l'Université Laval d’aller de l’avant avec leur petit « composteur » électrique, qui déshydrate et broie les déchets alimentaires afin de produire un fertilisant destiné aux plantes d'intérieur ou au jardin.

« On obtient une matière fine qui va bien s’intégrer à la terre. Les matières sont séchées, on garde tous les nutriments dans la matière », mentionne Valérie Laliberté.

Le petit appareil permet de produire du fertilisant en quelques heuresLe petit appareil permet de produire du fertilisant en quelques heures. Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Le prototype testé au cours des derniers mois permet de transformer efficacement et sans odeurs les restes de fruits, légumes, épis de maïs, viande et même petits os en à peine trois heures.

« Tout ce qui est déchet de table, on vide l’assiette, on vide la planche à découper, ça va tout pouvoir être composté. »

L'appareil, qui traite les matières organiques par la chaleur, est peu énergivore. Il est comparable à un petit électroménager comme une cafetière, affirme la cofondatrice de Tero.

Objectif 2020

Le projet en est à ses derniers tests sur différents déchets de table afin de parfaire le produit et de s’assurer que tous les pathogènes sont éliminés.

L'appareil destiné à un usage domestique utiliserait peu d'énergie.L'appareil destiné à un usage domestique utiliserait peu d'énergie. Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

D’ici le printemps, une campagne de sociofinancement sera lancée pour l’entreprise qui est promise à un bel avenir, croit la cofondatrice Élizabeth Coulombe.

« C'est un projet qui coïncide bien avec la pensée environnementale, le développement durable. On veut que notre entreprise soit pensée de façon responsable. »

Selon les entrepreneures, l'utilisation du petit appareil permettrait de réduire de 90 % le volume des résidus organiques générés à la maison.

Les entrepreneures espèrent commercialiser leur produit en 2020.

D'après les informations de Nicole Germain

Québec

Environnement