•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • L'industrie canadienne du cannabis à la conquête du monde

    Le reportage de Louis Blouin

    Ils ont l'expertise et une longueur d'avance. Les producteurs de cannabis canadiens veulent être les premiers à dominer le marché international. L'empreinte du Canada est déjà visible en Europe, comme au Danemark. La course est lancée.

    Un texte de Louis Blouin, envoyé spécial au Danemark

    Le Canada, c'est déjà chose du passé pour le fondateur du géant du cannabis Canopy Growth. « L'échauffement est terminé, la partie peut commencer », lance Bruce Linton, qui consacre maintenant 90 % de son temps à développer les marchés internationaux.

    Son entreprise, dont la valeur en bourse excède les 10 milliards de dollars, est présente dans 11 pays et a enregistré une centaine de brevets dans la dernière année.

    Il faut être les premiers sur les blocs de départ.

    Bruce Linton, co-PDG et fondateur de Canopy Growth

    M. Linton prédit que d'ici trois à cinq ans, au moins la moitié des pays du G20 seront en train d'encadrer la vente de cannabis. Dans plusieurs pays, le débat entourant le cannabis évolue rapidement. Le potentiel est gigantesque.

    L'exemple danois

    Des serres qui serviront à faire pousser du cannabis dans la région d'Odense, au Danemark. Des serres servant à faire pousser des fleurs sont converties pour recevoir des plants de cannabis dans la région d'Odense, au Danemark. Les installations de Spectrum Cannabis Danemark s'étendront sur 24 000 mètres carrés. Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

    Spectrum Cannabis, la filiale médicinale de Canopy Growth, est à pied d'oeuvre au Danemark. Là-bas, le cannabis à usage récréatif n'est pas légal, mais le marché thérapeutique de la marijuana prend son essor. Ce pays scandinave représente aussi une porte d'entrée sur tout le marché européen.

    D'immenses serres qui servaient à faire pousser des fleurs dans la région d'Odense sont converties pour recevoir des plants de cannabis. Pas moins de 24 000 mètres carrés de superficie permettront de produire 200 kilos de marijuana par semaine. L'entreprise compte investir 20 millions d'euros (30 millions de dollars) au total.

    Un Québécois, Anthony Lemoyne Lacombe, supervise le premier centre de production de l'entreprise en Europe. Premier objectif : se conformer aux normes européennes. L'expertise acquise au Canada est un énorme avantage. « Ça nous permet d'avoir un produit de qualité dès le départ. Il n'y a pas autant d'essais-erreurs qui doivent être faits ici », explique M. Lemoyne Lacombe.

    Il s'agit d'une industrie émergente ici en Europe, tout le monde se sent comme des pionniers, un peu comme on se sentait au Canada.

    Anthony Lemoyne Lacombe, vice-président au développement, Spectrum Cannabis Danemark

    À terme, seulement 10 % de la récolte devrait être destinée au Danemark; le reste servira à fournir le marché européen. L'entreprise attend le feu vert des autorités médicales danoises au cours de la prochaine année pour pouvoir amorcer la production à grande échelle.

    Bien que les efforts soient concentrés sur le cannabis à usage thérapeutique, le directeur de Spectrum Cannabis Danemark, Morten Snede, se prépare déjà au marché récréatif. Si c'est un succès au Canada, la légalisation « s'étendra en Europe », prédit-il.

    Pour conquérir le marché européen, il faudra une combinaison de rapidité et de qualité, selon Morten Snede. Il faut « être les premiers et les meilleurs », explique-t-il.

    La concurrence n'est pas loin.

    Des tomates... au cannabis

    L'entreprise canadienne Aurora Cannabis s'est associée à un producteur de tomates danois.Une entreprise danoise spécialisée dans la culture des tomates s'est associée à la canadienne Aurora Cannabis. Torben Roll (sur la photo) sera responsable de la production de marijuana. Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

    À quelques kilomètres, une autre entreprise canadienne est aussi en train de s'enraciner. Aurora Cannabis vient de conclure une alliance avec un producteur de légumes en serre.

    La spécialité chez Alfred Pedersen & Søn, c'est la tomate. Toutefois, des plants de cannabis ont fait leur apparition dans les serres. « C'est le temps de laisser entrer une nouvelle industrie », affirme Torben Roll, directeur de la production à Aurora Nordic.

    L'entreprise canadienne compte bien profiter de la tradition horticole de la région d'Odense. Un partenariat gagnant, selon M. Roll, parce qu'Aurora arrive aussi avec ses connaissances sur la marijuana. « Le Canada est devenu un véritable chef de file », souligne-t-il.

    Ce n'est que le début. De nouvelles serres pour abriter du cannabis sont sur le point d'être construites. « Il y a un gros marché pour ça », ajoute-t-il.

    L'industrie canadienne est en train de s'enraciner dans le monde, un plant à la fois.

    Torben Roll, directeur de la production d'Aurora Nordic, examine des plants de cannabis.   Torben Roll, directeur de la production d'Aurora Nordic, examine des plants de cannabis. Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

    Présence internationale d'entreprises canadiennes de cannabis

    Canopy Growth
    11 pays : Canada, Australie, Allemagne, Danemark, République tchèque, Espagne, Lesotho, Brésil, Chili, Colombie et Jamaïque

    Aphria
    11 pays : Canada, Australie, Allemagne, Italie, Malte, Danemark, Grande-Bretagne, Lesotho, Argentine, Colombie et Jamaïque

    Aurora
    22 pays dont: Canada, Danemark, Allemagne, Italie, Australie, Malte, Afrique du Sud, Colombie, Brésil, Colombie, Mexique, Îles Caïmans.

    *Source: informations fournies par les entreprises mentionnées en novembre 2018.

    Drogues et stupéfiants

    Économie