•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de raccompagnements pour la première fin de semaine de Nez rouge en Outaouais

Quatre bénévoles, trois hommes et une femme, de l'organisme Nez Rouge Outaouais.
Des bénévoles de l'Opération Nez rouge en Outaouais (archives). Photo: Radio-Canada / Claudine Richard
Radio-Canada

Le service de raccompagnement Opération Nez rouge a connu sa pire première fin de semaine des dernières années en Outaouais, selon les chiffres dévoilés vendredi par l'organisme.

Les bénévoles ont effectué 110 raccompagnements en Outaouais le week-end dernier, soit 35 % de moins que le sommet de 170 atteint en 2017, a indiqué dans un courriel Daniel Latouche, un porte-parole de l’organisme.

En fait, il s’agit du pire départ depuis au moins 2015, la dernière année disponible dans les données transmises par Opération Nez rouge.

La coordonnatrice régionale pour Nez rouge en Outaouais indique toutefois ne pas être trop inquiète pour le moment, puisque la première fin de semaine est toujours la moins achalandée, selon elle.

Véronique Picard répond aux questions d'un journaliste dans les locaux de Nez Rouge Outaouais. La coordonnatrice régionale pour Nez rouge en Outaouais, Véronique Picard, n'est pas « trop inquiète » pour le moment. Photo : Radio-Canada

C’est la première année où l’organisme Adojeune chapeaute la campagne dans la région, ce qui pourrait expliquer certains des défis de recrutement de bénévoles, a indiqué Véronique Picard. Certains bénévoles de l’année passée sont restés, mais on part beaucoup de zéro pour la campagne, a-t-elle dit.

Les opérations ne vont pas pire jusqu’à maintenant, selon elle. Les chiffres sont plus bas que dans le passé, mais c’est quelque chose qui arrive quand le maître d’oeuvre change, a-t-elle mentionné.

Ça ne sort pas de l’ordinaire qu’on ait des chiffres plus bas pour la première fin de semaine.

Véronique Picard, coordonnatrice régionale pour Nez rouge en Outaouais

Par ailleurs, elle a insisté sur le fait que ce ne sont pas des chiffres catastrophiques, ajoutant que la situation en Outaouais était comparable à celle des autres régions du Québec.

Mme Picard a expliqué qu’habituellement, pour qu’une soirée soit considérée comme bonne, jusqu’à 30 équipes devraient être déployées dans la région. À 3 personnes par équipe, 75 à 90 bénévoles devraient donc idéalement sillonner l’Outaouais pour que la situation soit parfaite.

Elle a indiqué qu’elle espérait que 60 bénévoles se présentent pour la soirée de raccompagnement de vendredi en ce début de deuxième fin de semaine. Ce chiffre représente un minimum pour elle.

Opération Nez rouge profite de l'occasion pour rappeler qu'il est toujours à la recherche de bénévoles pour le temps des Fêtes.

Pas de porte-parole régional

Véronique Picard a indiqué qu’il n’y aurait pas de porte-parole régional pour Nez rouge cette année.

Elle a dit vouloir s’appuyer sur la popularité du porte-parole national du service de raccompagnement, l'humoriste François Bellefeuille, considérant que l’organisme Adojeune en a beaucoup à gérer , puisqu’il s’agit de sa première année à titre de maître d’oeuvre.

L’organisme Adojeune souhaite recueillir 30 000 $ au cours de cette campagne de financement, qui durera jusqu’au 31 décembre.

Ottawa-Gatineau

Société