•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Serge Lajoie : 7490 km dans un La-Z-boy

Lajoie est debout derrière le banc des Golden Bears de l'Université de l'Alberta
Serge Lajoie et les Blazers de Kamloops visitent l'Alberta cette semaine Photo: Golden Bears, Université de l'Alberta
Radio-Canada

C'est une année d'adaptation pour le Franco-Albertain Serge Lajoie. L'ex-entraîneur-chef des Golden Bears de l'Université de l'Alberta occupe maintenant la même position avec les Blazers de Kamloops, de la Ligue de hockey junior majeur de l'Ouest (WHL). Le défi est plus important que ce à quoi il s'attendait. Il fait son apprentissage, un match et un kilomètre à la fois.

Un texte de Patrick Henri

Quand la WHL a dévoilé son calendrier pour la saison 2018-2019, une journée après sa nomination derrière le banc des Blazers, Serge Lajoie a encerclé une date sur son calendrier : le 8 décembre.

Pour la première fois depuis qu’il a quitté sa résidence de Saint-Albert, en août, Lajoie revient en Alberta. Son équipe amorce une tournée face aux équipes de la province en affrontant les Oil Kings à Edmonton, samedi.

C’est une chance de retourner près de chez moi, j’ai hâte, mais ce ne sera pas un voyage facile, car on doit jouer six parties en huit jours.

Serge Lajoie, entraîneur-chef, Blazers de Kamloops

Après Edmonton, les Blazers visiteront Calgary dimanche, Red Deer mardi, Medicine Hat mercredi, Cranbrook (Ice de Kootenay) vendredi et Lethbridge samedi,

En huit jours, l’autobus de l’équipe parcourra 2439 km, qui s’ajouteront aux 7490 qu’il a déjà parcourus depuis le début de la saison.

J’ai appris à dormir en autobus, mentionne celui qui a disputé sept rencontres pour les Blazers lors de la saison 1986-1987. Je suis chanceux, mon adjoint Dan Kordic et moi avons chacun un La-Z-boy dans l’autobus, c’est plus facile pour nous.

Début de saison difficile

L’entraîneur recrue au sein de la WHL a remporté ses deux premiers matchs de la saison, avant de perdre les sept suivants.

Après 25 rencontres, les Blazers présentent un dossier de 12-11-2. L’équipe occupe le troisième rang la division de la Colombie-Britannique, à égalité avec les Royals de Victoria qui ont disputé un match de moins. Les deux formations n’ont que deux points de retard sur les Rockets de Kelowna, qui, eux, ont joué 30 matchs.

Si tu m’avais posé la question il y a un mois, je t’aurais dit que les séries éliminatoires n’étaient pas une option pour cette saison, mais depuis deux semaines, on joue du bon hockey et quand on joue comme on est capable, on peut battre n’importe qui.

L’entraîneur originaire de La Corey, près de Bonnyville dans le nord-est de l’Alberta, admet que les défis sont très nombreux, surtout en raison de l’âge des joueurs qu’il dirige. Ceux-ci sont plus jeunes que les joueurs qu’il avait sous la main à l’Université de l'Alberta ou avec les Ooks de NAIT.

On savait, Dan Kordic et moi, qu’on aurait besoin de temps pour installer notre philosophie, notre structure et notre système de jeu, mais j’ai été surpris de voir à quel point je dois enseigner des choses. J’aimerais progresser plus rapidement, mais je comprends que parfois, il faut reculer un peu avant de prendre un plus grand pas vers l’avant.

Au hockey junior, les entraînements sont beaucoup moins nombreux qu’au hockey universitaire. Les Golden Bears ne jouaient que deux matchs par semaine, les vendredi, samedi ou dimanche. Du lundi au jeudi, l’équipe avait toujours trois ou quatre entraînements de qualité.

Laisser sa trace

L’entraîneur, qui aura 50 ans en janvier, s’était fait dire, à son embauche, que l’équipe avait tout ce qu’il fallait pour accéder « facilement » aux éliminatoires dès cette saison. Après quelques semaines, Lajoie a constaté que ce n’était pas le cas.

Les joueurs doivent apprendre à prendre les bonnes décisions sur la glace et hors glace. Ils rêvent tous de jouer au hockey professionnel, mais ils ont encore beaucoup d’apprentissages à faire avant d’en arriver là, a-t-il mentionné.

Partout où il est passé, Serge Lajoie a connu du succès. À sa troisième saison avec les Golden Bears, il a remporté le Championnat national. Il a aussi remporté deux championnats collégiaux avec les Ooks de NAIT.

Son but est de pouvoir aspirer à remporter les grands honneurs de la ligue d’ici trois ans. Il croit qu’avec les jeunes joueurs de l’organisation et les nombreux choix que possèdent les Blazers au repêchage l’an prochain, l’objectif sera réalisable.

Alberta

Hockey