•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment réduire son empreinte environnementale pendant les Fêtes

Wrapping paper from Christmas Day
Les Canadiens gaspillent plus d'un million de tonnes de papier d'emballage et de sacs cadeaux chaque année. Photo: iStock / DLMcK
Mélanie Meloche-Holubowski

Chaque Canadien jette environ 50 kg de déchets pendant le temps des Fêtes, soit 25 % de plus que le reste de l'année, estime Zero Waste Canada, un groupe environnementaliste de Vancouver. Comment limiter le gaspillage? Voici quelques trucs facilement applicables.

Selon Zero Waste Canada, les Canadiens envoient au dépotoir 3000 tonnes de papier d’aluminium, 2,6 millions de cartes et 6 millions de rouleaux de ruban adhésif lors des Fêtes. Chaque année, quelque 540 000 tonnes de papier d’emballage et de sacs cadeaux sont jetées.

« La gestion des déchets coûte aux contribuables canadiens plusieurs milliards de dollars chaque année. Durant la période des Fêtes, nous payons pour acheter des biens neufs, puis nous payons un peu plus pour éliminer les déchets qui en découlent », affirme Pamela Tudge, doctorante au programme d’études individualisées et chargée de cours à la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia.

Les Canadiens ne réalisent pas à quel point ils produisent des déchets, ajoute Faisal Shennib, coordonnateur environnemental à l'Université Concordia. « En Europe, au Japon, ils n’ont pas de place pour les déchets, donc ils trouvent des solutions. Au Canada, on a beaucoup d’espace et on ne sent pas l’urgence de changer [nos habitudes]. »

M. Shennib propose quelques trucs pour réduire la quantité de déchets :

  • Offrir des expériences plutôt que des cadeaux (séjour dans un spa, cours de cuisine, etc.);
  • Acheter des livres usagés;
  • Acheter des piles rechargeables pour les cadeaux;
  • Confectionner les cadeaux (biscuits, jouets en bois, etc.);
  • Éviter les cadeaux qui sont suremballés;
  • Envoyer des cartes de vœux électroniques;
  • Acheter local.

Il faut prendre le temps de penser à des cadeaux qui ne sont pas que des objets matériels. Le temps des Fêtes, c’est un moment pour faire sourire quelqu’un qu’on apprécie, pas de juste de dépenser.

Faisal Shennib, coordonnateur environnemental à l'Université Concordia
Holly Bryan stocks up on Christmas wrapping paper and other holiday items while shopping for day after Christmas deals at a Target store in Chattanooga, Tenn. Wednesday, Dec. 26, 2012. (AP Photo/Chattanooga Times Free Press, Dan Henry) THE DAILY CITIZEN OUT; NOOGA.COM OUT; CLEVELAND DAILY BANNER OUT; LOCAL INTERNET OUT Les papiers d'emballage qu'on utilise pour Noël ne sont souvent pas recyclables, ou pas recyclés par les programmes des municipalités. Photo : The Associated Press / Dan Henry

Il suggère aussi d’être créatif pour emballer les cadeaux. « C’est aussi une occasion d’apprendre une nouvelle chose, tout en faisant plaisir à quelqu’un. »

  • Réutiliser les vieux papiers d’emballage, sacs cadeaux et rubans;
  • Emballer les cadeaux avec divers matériaux (tissu, chaussette, serviette, papier brun);
  • Découvrir les techniques d’emballage de Furoshiki;
  • Éviter les papiers d’emballage qui sont brillants, puisqu’ils ne sont pas recyclables;
  • Fabriquer les décorations avec des objets recyclés;
  • Confectionner un calendrier de l’avent en tissu.
Une courte animation d'une personne emballant un cadeau avec du tissu.Emballer ses cadeaux grâce à la technique japonaise Furoshiki pour réduire la quantité de déchets. Photo : Youtube

Les gens doivent penser à diminuer leur consommation. « Lorsqu’on regarde les films de Noël, les gens sont heureux; mais ce n’est pas parce qu’ils ont ouvert un gros cadeau, mais parce que les gens sont avec des gens qu’ils aiment », rappelle M. Shennib. Non seulement auront-ils une plus petite empreinte écologique, mais ils vivront moins de stress financier.

Plus on planifie, moins on gaspille de nourriture

Pour sa part, Pamela Tudge voit à quel point les déchets alimentaires se multiplient pendant le temps des Fêtes.

Elle conseille d’abord aux gens de repenser leur menu afin de gaspiller le moins de nourriture possible. « On n’a peut-être pas besoin de plats aussi élaborés ou d’assiettes de fruits coupés provenant de l’épicerie. »

Des gens mangent autour d'une table et se passent les platsUn repas de Noël Photo : iStock / gpointstudio

Un autre exemple est d’utiliser au maximum chaque aliment. « Par exemple, on mange beaucoup d’oranges à ce temps-ci de l’année. Pourquoi ne pas garder les pelures pour en faire une sauce, des bonbons ou un dessert? »

Trop de gens sont pressés et se rabattent sur des plats préemballés de l’épicerie lorsqu’ils prennent part à des repas-partage, déplore Mme Tudge.

Une montagne de déchets sur la table

D’ailleurs, elle a mené une expérience lors de ses soirées de repas-partage. « J’ai conservé tous les emballages qui avaient servi à préparer le repas et je les ai placés au centre de la table au moment du dessert. Plusieurs personnes étaient choquées par la quantité de déchets, mais l’expérience a surtout permis de lancer une discussion sur le gaspillage. »

Et pourquoi ne pas utiliser ces emballages pour faire du bricolage avec les enfants après, suggère-t-elle?

Mme Tudge ajoute que les gens qui compostent devraient mettre leur bac bien en vue pour les invités. « Ce n’est pas toutes les personnes qui sont habituées à composter. C’est en même temps une occasion de sensibiliser ses proches et d’avoir une discussion sur le gaspillage », explique-t-elle.

M. Shennib et Mme Tudge savent que ces petits gestes ne régleront pas tous les problèmes de gaspillage, mais ils croient fermement que les actions de quelques personnes en influenceront d’autres et entraîneront la société à adopter des habitudes plus écologiques pendant le temps des Fêtes.

Environnement

Société