•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQ s’invite au 5 à 7 des bénévoles de Newport

Gros plan sur des gyrophares activés, alors que de la neige tombe.
Des gyrophares d'auto-patrouille par un soir d'hiver. Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe
Radio-Canada

Plusieurs policiers de la Sûreté du Québec sont intervenus à Newport jeudi soir dans une soirée organisée pour souligner le travail de bénévoles pour y saisir de l'alcool.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Félix Morissette-Beaulieu

Munis d’un mandat de perquisition, les policiers ont saisi 150 bouteilles d’alcool.

Le mandat de perquisition a été autorisé en vertu de la Loi sur les infractions en matière de boisson alcoolisée.

Même si l’alcool était distribué gratuitement, le conseiller municipal du secteur, Bruno-Pierre Godbout, visé par le mandat de perquisition, avait omis de demander un permis de réunion, comme cette soirée se déroulait dans un bâtiment municipal.

Le conseiller municipal explique qu’il a cru à tort que l’organisme qui occupe l’édifice détenait un permis de réunion.

Questionnement

Toutefois, Bruno-Pierre Godbout s’explique mal cette intervention puisque l’événement se déroulait sans encombre depuis une quinzaine d’années. C’était d’ailleurs lui qui avait organisé la soirée l’an dernier.

Bruno-Pierre Godbout relève que le mandat le visait personnellement. Ce n’est pas adressé à la mairie de Newport ou à la Ville de Chandler, c’est adressé à Bruno-Pierre Godbout  , spécifie le conseiller.

M. Godbout s’interroge aussi sur le nombre de policiers affectés à l’intervention. Il affirme qu'ils étaient quatorze. On remerciait des bénévoles, pour la plupart des gens âgés de 70 à 80 ans qui ont été sous le choc à la suite de leur intervention. Je trouve ça délicat.  M. Godbout y voit un manque de respect et de jugement.

La Sûreté du Québec n’a pas voulu accorder d’entrevue, mais indique qu’il est normal que les policiers soient nombreux quand le nombre de personnes présentes dans un rassemblement public est inconnu.

Les policiers, précise-t-on, doivent être préparés à toutes sortes de situations.

M. Godbout a confié le dossier à un procureur. On va aller au fond de l’histoire. On veut savoir d’où ça vient.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Justice et faits divers