•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

84 000 $ en publicité pour la promotion des pipelines à Montréal

Une publcité du gouvernement de l'Alberta qui fait la promotion des pipelines, écrite en français et en anglais.
L'Alberta dépense 84 000 $ en publicité dans la métropole québécoise pour promouvoir les pipelines. Photo: Gouvernement de l'Alberta
Radio-Canada

Si les défis économiques qui touchent l'industrie pétrolière ne font pas partie des grandes discussions des dirigeants provinciaux lors de la rencontre des premiers ministres à Montréal, la situation sera peut-être différente dans les foyers des Montréalais. L'Alberta dépense 84 000 $ en publicité dans la métropole québécoise pour promouvoir les pipelines.

Un texte de Marie-Pier Mercier

Justin Trudeau n’a pas modifié l’ordre du jour de la rencontre pour faire plus de place aux défis économiques qui touchent l'industrie pétrolière, comme le demandait la première ministre albertaine, Rachel Notley.

« Aujourd’hui, nous allons encore perdre 80 millions de dollars », est-il écrit dans la publicité en français et en anglais qui sera diffusée dans Le Devoir, The Montreal Gazette et Metro Montréal pendant toute la fin de semaine. La publicité sera aussi affichée sur une vingtaine de bâtiments du centre-ville.

« Les défis de l’Alberta sont des défis nationaux. Les Albertains s’attendent à ce que leur gouvernement défende leur industrie chaque fois qu’il en a l'occasion. Nous ne nous arrêterons pas tant que le pipeline n’aura pas été construit », affirme Rachel Notley.

La publicité souligne que le projet d’agrandissement du pipeline Trans Mountain est interrompu depuis le 30 août. Cela signifie, selon le gouvernement albertain, « moins de financement pour les infrastructures, moins d’investissement dans les énergies vertes, moins d’emplois pour les Canadiens ».

Jeudi, avant son départ pour Montréal, la première ministre a déclaré qu’elle n’allait pas seulement être présente à la rencontre pour défendre Trans Mountain. Elle y est pour soutenir l’industrie pétrolière en général.

« Quand je quitterai l’avion à Montréal, c’est très possible que l’automobile qui viendra me chercher fonctionne grâce au pétrole de l’Arabie saoudite. Combien de temps cette situation durera-t-elle? Ça n'a aucun sens », a-t-elle déploré.

L’opposition officielle albertaine, le Parti conservateur uni (PCU), regrette que le gouvernement ait seulement commencé à défendre l’industrie pétrolière en dehors de l’Alberta au printemps 2018.

Rachel Notley a mis en place à Ottawa un compteur permettant de suivre les pertes économiques depuis l’arrêt des travaux du pipeline Trans Mountain. Il atteindra 8 milliards de dollars samedi.

Alberta

Industrie pétrolière