•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tuerie en Nouvelle-Écosse : du retard pour l'enquête publique sur l’affaire Lionel Desmond

Lionel Desmond assis, en uniforme et avec son arme.
Lionel Desmond. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'enquête très attendue sur le décès d'un vétéran de la guerre en Afghanistan, qui a tué sa famille avant de se suicider dans une région rurale de la Nouvelle-Écosse, devrait commencer au début de l'année prochaine, plus de deux ans après les meurtres.

C'est que, selon Jennifer Stairs, porte-parole du ministère de la Justice, les travaux de rénovation d'un bâtiment municipal à Guysborough devraient finalement être terminés d'ici la fin du mois.

Elle déclare qu'il s'agit d'un processus long et complexe. Mme Stairs ajoute qu'il est important de prendre le temps de planifier, afin que l'enquête se déroule le plus en douceur possible dès qu'elle commencera à entendre la preuve.

Lorsque le juge de la cour provinciale Warren Zimmer avait été nommé pour mener l'enquête en juillet, Jennifer Stairs avait déclaré que les audiences devaient commencer plus tard dans l'année.

Elle précise maintenant que les équipes travaillent toujours dans la salle d'audience à brancher des équipements d'enregistrement afin de rendre possible la vidéoconférence et la diffusion en direct.

Le ministère de la Justice de la province n'a lancé aucun appel d'offres pour des services de diffusion en continu jusqu'à cette semaine.

Shanna Desmond et Aaliyah Desmond.Shanna Desmond et Aaliyah Desmond. Photo : Facebook

Lionel Desmond, âgé de 33 ans, avait reçu un diagnostic de trouble de stress post-traumatique après avoir effectué deux tournées en Afghanistan en 2007.

Le 3 janvier 2017, il a abattu sa femme Shanna, 31 ans, leur fille Aaliyah, 10 ans, et sa mère Brenda, 52 ans, avant de retourner son arme contre lui dans la maison rurale de la famille située à Upper Big Tracadie, en Nouvelle-Écosse.

L'enquête visera notamment à déterminer si Desmond avait accès à des services de santé mentale et de lutte contre la violence domestique, et s'il aurait dû pouvoir acheter une arme à feu.

Brenda Desmond, mère de Lionel Desmond, travaillait dans l'industrie de la construction.Brenda Desmond, mère de Lionel Desmond, travaillait dans l'industrie de la construction. Photo : Brenda Desmond/Facebook

Il s'agira également de déterminer si les prestataires de soins de santé qui ont interagi avec lui étaient formés à la reconnaissance des troubles de stress post-traumatique ou de la violence domestique.

Le gouvernement provincial avait promis l'enquête en décembre 2017 et son mandat a par la suite été publié en mai.

Des membres de la famille immédiate de Desmond se sont longtemps plaints qu'il n'avait pas obtenu l'aide dont il avait besoin d'organismes fédéraux et provinciaux.

Le ministre des Anciens combattants, Seamus O'Regan, s'est engagé à coopérer pleinement avec l'enquête.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Santé mentale