•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'application Taxi Coop sauvée par un nouveau projet pilote

L'application Taxi Coop a été lancé en 2015.
L'application Taxi Coop a été lancé en 2015. Photo: Radio-Canada / Fanny Samson
Radio-Canada

Les utilisateurs de Québec pourront toujours commander une voiture sur l'application Taxi Coop. Le gouvernement Legault a annoncé vendredi que son sort est sauvé.

Un texte de Fanny Samson

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a déposé jeudi soir les modalités d’un nouveau projet pilote, ce qui permet de sauver l’application.

Sans une action du gouvernement, elle serait devenue inopérante le 31 décembre 2018.

« On va moderniser l’industrie du taxi. J’ai communiqué aussi avec les intervenants de l’industrie, tout le monde est bien heureux », a lancé le Ministre, sans révéler les modalités du projet pilote.

Les détails seront connus lors du dépôt de l’arrêté ministériel.

Vent de changement

Une voiture de taxi à la place d'Youville à Québec. Une voiture de taxi à la place d'Youville à Québec. Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Le porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ), Abdallah Homsy, sent un vent de changement de la part du nouveau gouvernement.

Il avait l’impression que les libéraux voulaient « créer une concurrence déloyale, en donnant des avantages aux autres », a-t-il dit, faisant référence à l'entreprise Uber.

« Enfin, nous avons une lueur d’espoir qui nous laisse croire que nous serons traités équitablement et qu’on nous laissera innover à l’intérieur d’un marché juste pour tous les transporteurs », a souligné M. Homsy, par voie de communiqué.

L’application Taxi Coop est utilisée par plus de 15 000 personnes chaque mois et constitue un investissement de 500 000 $ par l’industrie du taxi de Québec, précise de le RITQ.

Une pétition avait même été lancée pour inciter le gouvernement à intervenir.

Autres changements

Tous les taxis pourront dorénavant desservir les endroits clés de la capitale, notamment l’aéroport de Québec, le terminal de croisière, la gare fluviale, les gares du Palais et de Sainte-Foy et le Centre Vidéotron.

« Enfin, lorsqu’il y aura une demande forte et spontanée, tous les taxis de Québec pourront venir et collaborer pour répondre aux besoins des clients. Ça fait des années qu’on demande ça », a ajouté Abdallah Homsy.

Québec

Politique provinciale