•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Valdorienne Yolette Lévy n'est plus

Yolette Lévy, un boquet de fleurs à la main.
Yolette Lévy Photo: Facebook : Marie St-Germain

La Valdorienne Yolette Levy, bien connue pour ses implications sociales, politiques, syndicales, culturelles et communautaires, est décédée jeudi après-midi.

Née en 1938, en Haïti, elle était arrivée au Québec en 1969.

L'ancienne conseillère municipale à Val-d'Or, enseignante au secondaire et syndicaliste a reçu au cours de sa vie plusieurs récompenses : elle a notamment été récipiendaire du prix Alexina-Croteau (2005), du Prix de la personnalité de la Chambre de commerce de Val-d'Or (2007) et du prix Charles-Biddle (2007).

Un prix honorifique Yolette-Lévy existe depuis décembre 2017 et est décerné chaque année « en reconnaissance de l'implication et de la contribution exceptionnelle d'une femme à l'égalité et la parité en région », un prix créé par un comitésur la parité du Regroupement des femmes de l'Abitibi-Témiscamingue.

Sur les réseaux sociaux, notamment, on parle de Mme Lévy comme d'un modèle d'acharnement, une femme extraordinaire, une amie, une citoyenne exemplaire.

C’est une grande perte pour l'Abitibi qu'elle aimait, une femme qui a défendu tout au long de sa vie l'autonomie économique des femmes, leur place dans le monde des instances décisionnelles et encore, peut-on lire sur Facebook.

  • Yolette Levy est originaire du Cap-Haïtien, qu'elle avait quitté il y a près de 50 ans.
  • Elle est née en Haïti en 1938 et est arrivée au Québec en 1969.
  • En plus d'avoir été pharmacienne et enseignante, elle a notamment été conseillère municipale à Val-d'Or depuis 1996.

L'ancien maire de Val-d'Or, Fernand Trahan, a bien connu Yolette Lévy. Elle était déjà conseillère lorsqu'il est devenu maire et ils ont fait deux mandats ensemble.

Il croit qu'il devrait y avoir des funérailles civiques pour Mme Lévy.

C'est vraiment une grande dame, qui a collaboré au développement social de la ville de Val-d'Or et de la région. Pour elle, c'était presque un mandat de vie de s'impliquer partout, surtout dans les organismes sociaux, pour les personnes à faible revenu, les personnes âgées, le syndicalisme, toute la question des soins de santé. Je pourrais dire que c'est l'exemple de bénévolat , souligne-t-il.

Le regroupement des femmes en deuil

La porte-parole du Regroupement de femmes de l'Abitibi-Témiscamingue, Louiselle Luneau, a aussi bien connu Mme Lévy, qui a été membre du comité de coordination du Regroupement.

Elle était très touchée par sa mort ce matin. Mme Lévy, j'ai beaucoup de peine avec son décès. Une dame de coeur, une femme de conviction, une femme déterminée, mais avec une grande sagesse dans la manière dont elle pouvait amener les choses pour faire avancer l'égalité pour les femmes, pour améliorer leurs conditions de travail. Elle avait une manière à elle de livrer son message, s'est-elle remémoré.

Abitibi–Témiscamingue

Société