•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants du Collège Algonquin se plaignent de l'interdiction de fumer

Une jeune femme fume devant le Collège Algonquin.
Serafina Zirbser, étudiante au Collège Algonquin, souhaite que l'interdiction de fumer soit levée dans tout le campus. Photo: Radio-Canada / Stu Mills
Radio-Canada

Certains étudiants du campus d'Ottawa du collège Algonquin s'opposent à l'idée d'une interdiction générale et permanente de fumer.

Au début du mois d'octobre, le collège a annoncé une politique provisoire interdisant de fumer partout sur ses campus d'Ottawa, de Perth et de Pembroke, en vigueur jusqu'au 1er janvier 2019.

Cette mesure temporaire faisait suite à la décision du gouvernement de l'Ontario d'autoriser l'usage du cannabis partout où il est permis de fumer du tabac, une annonce qui a incité les établissements à aligner leurs politiques sur les lois de la province sur la marijuana.

Le Collège Algonquin consulte actuellement les étudiants sur la possibilité de rendre permanente l'interdiction de fumer et tiendra une réunion vendredi pour leur donner l'occasion de s’exprimer.

L'association des étudiants dit que l'interdiction est injuste

Matthew Regnier, directeur de l'Association des étudiants du Collège Algonquin, a déclaré que, d'après des sondages non scientifiques, même si la plupart des étudiants ne fument pas, la majorité croit que ceux qui fument devraient avoir un endroit pour fumer sur le campus, que ce soit une cigarette ou un joint.

La plupart des étudiants estiment qu'une interdiction de fumer sur le campus n'est pas conforme aux valeurs du collège.

Matthew Regnier, directeur de l'Association des étudiants du Collège Algonquin

M. Regnier a ajouté qu'il était injuste de forcer les fumeurs à quitter l'immense campus dans les quelques minutes qu'ils ont entre les cours.

En vertu d'une autre politique proposée par l'association étudiante, les étudiants seraient autorisés à fumer dans des endroits désignés sur le campus, loin des entrées et des sentiers très fréquentés.

Une jeune femme blonde devant le Collège Algonquin.Emily Godin, 19 ans, étudiante du Collège Algonquin, est contre une interdiction permanente de fumer sur le campus. Photo : Radio-Canada / Stu Mills

Nous sommes des adultes

Cela conviendrait à Serafina Zirbser, 23 ans, qui faisait fi de l'interdiction provisoire en fumant près de l’établissement jeudi.

Nous sommes tous des adultes. Si nous ne voulons pas être entourés de gens qui fument, nous pouvons tout simplement nous en aller, dit-elle.

On est déjà super stressés, et puis tu enlèves quelque chose qui aide à gérer le stress? Ça va causer beaucoup de problèmes.

Serafina Zirbser, étudiante

Emily Godin, qui a déjà fumé, mais qu'elle avait cessé, s'est demandé pourquoi le collège envisage d'interdire la consommation de marijuana sur le campus alors qu'il permet la consommation d'alcool.

Nous avons un bar ici, observe Mme Godin qui a 19 ans. Pourquoi tu nous laisses nous saouler sur le campus, mais tu nous empêches de nous défoncer?

Soutien à l'interdiction

Malgré l'affirmation des représentants de l'association des étudiants, il n'est pas difficile de trouver des étudiants qui sont en faveur de l'interdiction générale.

Il y a un moment et un endroit pour fumer, et ce n'est pas pendant les études postsecondaires, a déclaré Kayleigh Siermachesky, une étudiante du programme d'imagerie médicale du collège, qui a dit avoir constaté les effets négatifs du tabagisme sur la santé.

La réunion pour débattre du sujet d’un campus sans fumée a lieu vendredi à 14 h au campus d'Ottawa du collège Algonquin.

Ottawa-Gatineau

Éducation