•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump nommerait Heather Nauert comme ambassadrice à l'ONU

Heather Nauert lors d'un point de presse au département d'État à Washington
Heather Nauert a s'est jointe à l'administration Trump en 2017 après avoir passé plus de 20 ans dans le journalisme, principalement à Fox News. Photo: Associated Press / Alex Brandon
Radio-Canada

Le président Donald Trump aurait choisi Heather Nauert, une ancienne journaliste de Fox News et porte-parole du département d'État, comme ambassadrice des États-Unis à l'ONU, selon une information d'abord rapportée par Bloomberg.

Selon CNN, qui dit s’appuyer sur deux sources sous couvert de l’anonymat, dont un responsable de l'administration, la nomination sera annoncée vendredi.

Mme Nauert semble peu expérimentée pour le poste qui était occupé jusque-là par Nikki Haley, une proche du cercle présidentiel. Mme Haley avait surpris les observateurs de la scène politique américaine en annonçant sa démission à titre d'ambassadrice des États-Unis aux Nations unies au début d'octobre.

Heather Nauert, qui est au département d'État depuis 2017, devra se soumettre à une audience de confirmation au Sénat, un exercice qui pourrait se révéler difficile. Les démocrates pourraient lui poser des questions sur ses compétences pour ce poste prestigieux.

Cette nomination, qui n’a pas été commentée par le département d'État, aurait pour effet de réaligner la dynamique du pouvoir au sein de l'équipe de sécurité nationale du président Trump.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo aurait confié à des assistants qu'il souhaitait que le poste de l'ONU soit déclassé en ce qui concerne le Cabinet.

Ce changement signifie que la nouvelle ambassadrice aurait moins d'influence que Nikki Haley, tant à l'ONU qu'au sein de l'administration.

Qui est Heather Nauert?

Au début de sa carrière, elle a travaillé comme consultante en assurance-maladie, selon le département d'État, qui affirme qu'elle a étudié au Mount Vernon Seminary and College, un collège privé pour femmes à Washington D.C., et à l'école de journalisme de la Columbia University, à New York. Elle s'est jointe à l'administration de Trump après avoir passé plus de 20 ans dans le journalisme, principalement à Fox News, où elle a dirigé la couverture des nouvelles pour l'émission Fox & Friends, avec un bref passage comme reporter au réseau ABC.

La loyauté d’abord

Le réseau CNN soutient que l'expérience compte moins pour le président, fervent partisan de Fox News, que la loyauté de Mme Nauert à l'égard de la Maison-Blanche.

Elle aurait déjà envisagé de démissionner lorsqu’elle servait sous la responsabilité de l'ancien secrétaire d'État Rex Tillerson. Ce dernier l’aurait empêchée de gravir les échelons pour occuper temporairement le poste de sous-secrétaire intérimaire.

Sévèrement critiquée

Heather Nauert arrive à l’ONU dans un contexte de repli américain dans l’organisation mondiale. Washington s’est déjà retiré de plusieurs agences, a réduit ou a supprimé le financement pour d'autres.

« Heather Nauert n'apporte aucune expérience, aucune compréhension et, franchement, aucun intérêt pour l'apprentissage, a déclaré Brian Dixon, vice-président principal du Population Connection Action Fund, une organisation axée sur l'accès à la planification familiale internationale. Sa principale revendication à ce rôle est sa volonté de défendre l'indéfendable en tant que porte-parole. Il est difficile de croire que ce président pourrait encore diminuer l'opinion des États-Unis dans le monde, mais cette nomination est susceptible de le faire. »

Peu connue dans le monde diplomatique, Mme Nauert suscite la prudence, selon Richard Gowan, chercheur principal à l'Université des Nations unies

Les gens voudront savoir « si elle est prête et capable de faire le travail diplomatique ou si elle verra cela comme une extension de la position du porte-parole et se concentrera davantage sur la présentation de la position américaine devant le Conseil de sécurité », ajoute M. Gowan.

Donald Trump, président des États-Unis

Avec les informations de CNN, Reuters, et Agence France-Presse

Politique américaine

International