•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Albertaine du secondaire découvre un meilleur moyen d'extraire des diamants

Du diamant.
Du diamant Photo: iStock
Radio-Canada

Sans vraiment s'en rendre compte, Hamdi Ali vient de changer le monde des diamantaires. Pendant tout l'été, l'adolescente de 17 ans a testé le système SELFRAG et a prouvé son efficacité dans l'extraction des pierres précieuses.

La technologie fonctionne par impulsions électriques à haute tension pour fragmenter de la matière solide. L'élève de secondaire a alors eu l’idée de l’utiliser pour l’extraction des diamants.

« Je ne savais pas si cela serait plus performant que le système actuel, assure Hamdi. Si mes premiers résultats étaient prometteurs, je n’avais toutefois pas réalisé combien ils étaient extraordinaires! »

Je ne me suis réellement rendu compte de la portée de ma découverte qu’en voyant la réaction des diamantaires.

Hamdi Ali, élève en dernière année de l’école secondaire de l’Académie islamique d’Edmonton.

Plus rentable et moins invasif

Dès les premiers tests, la chercheuse en herbe a extrait sept diamants intacts là où la technique classique n’en révélait aucun. « La méthode traditionnelle d’extraction se fait par broyage, explique Margo Regier, l’étudiante en géologie à l’Université de l’Alberta qui a supervisé les recherches de Hamdi. Ce qui endommage beaucoup les diamants que l’on retrouve dans les débris. »

Avec ce nouveau système, les diamants sont extraits plus facilement, en plus grand nombre, sur moins de surface.

Margo Regier, étudiante en géologie, Université de l’Alberta.

Après avoir confirmé ses tests, la jeune fille a présenté les résultats à de grands noms de l’industrie du diamant.

Elle a aussi participé à des conférences telles que le Forum de géoscience de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, en novembre. « Yellowknife était génial, s'exclame l’adolescente. Avec de la chance, nous aurons assez de financement pour nous rendre à Vancouver en avril. »

Promouvoir la science auprès des jeunes filles

Désormais en dernière année de l’école secondaire de l’Académie islamique d’Edmonton, Hamdi Ali a fait cette découverte grâce à une bourse d’études WISEST, un programme de l’Université de l’Alberta qui finance chaque année une quarantaine de projets de recherches scientifiques menées par des filles fréquentant l'école secondaire.

L’objectif du programme, en place depuis 36 ans, est de sensibiliser les filles aux sciences pour les inviter à poursuivre des études universitaires dans ces domaines, en grande majorité, dominés par les hommes.

Après candidature, 37 élèves ont été placées cette année dans les différents départements scientifiques de l’Université de l’Alberta. Pour Hamdi Ali, la géologie a été une vraie découverte. « Ce n’est pas vraiment dans le programme du secondaire », précise-t-elle.

Avant cet été, je ne connaissais que très peu de choses sur les pierres et les minéraux!

Hamdi Ali, élève en dernière année de l’école secondaire de l’Académie islamique d’Edmonton

Pour la jeune scientifique, une passion est née. Elle souhaite poursuivre ses recherches et approfondir ses connaissances en la matière, dès l’an prochain, à l’Université de l’Alberta.

Alberta

Ressources naturelles