•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Moins d'immigrants, moins de croissance?

Un travailleur s'affaire dans une structure métallique.
4,1 % des postes vacants au Québec le sont depuis au moins quatre mois, soit le taux le plus élevé au Canada. Photo: AFP / Getty Images / Sam Panthaky
Gérald Fillion

ANALYSE - Difficile de concilier les impératifs économiques du Québec avec la décision de réduire de 20 à 30 % le nombre d'immigrants qui seront accueillis en 2019. Pour un gouvernement qui dit vouloir faire croître l'économie, force est de constater que cette décision alimente le problème de la rareté de main-d'oeuvre plutôt que d'en alléger le fardeau.

Il y a un large débat sur l’immigration et on ne peut pas le restreindre au seul enjeu économique. Les capacités d’accueil et d’intégration sont primordiales. Cela dit, on peut certainement discuter des arguments économiques qui sont avancés par le gouvernement pour expliquer sa décision.

Pour justifier le resserrement qu'il préconise, le premier ministre François Legault s’appuie sur un calcul du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion qui montre, dans son rapport de 2017, que le taux de présence des nouveaux arrivants au Québec, de 2006 à 2015, est de 74,2 %. Des 496 490 immigrants arrivés durant cette période, 368 565 se trouvaient toujours au Québec en janvier 2017.

Ce calcul est effectué à partir du nombre de cartes d’assurance maladie au Québec. Le problème avec cette donnée, c’est qu’elle est incomplète. Dans une note de recherche publiée à la fin octobre 2018, l’Institut du Québec écrit que cette mesure « ne capte pas les décès et les non-renouvellements des cartes ».

En fait, le ministère affirme que 15,7 % des cartes d’assurance maladie au nom de personnes immigrantes entre 2006 et 2015 n'ont pas été renouvelées. « Ainsi, écrit le ministère dans son rapport, toute personne n’ayant pas renouvelé sa carte, même si dans les faits elle réside toujours au Québec à la date du jumelage, est considérée depuis comme étant non présente. »

En revanche, en utilisant les données de Statistique Canada, réalisées à partir d’enquêtes, le Québec est la quatrième province au pays quant à sa capacité à retenir les immigrants. Ainsi, 84,3 % des immigrants arrivés au Québec en 2010 y résidaient toujours en 2015.

L’argument du premier ministre Legault, selon lequel la rétention des immigrants est faible, a moins de portée quand on met les données choisies en perspective.

Le chômage baisse chez les immigrants

Un autre argument utilisé par le gouvernement Legault, c’est celui du haut taux de chômage chez les immigrants récents. Cette information, même si elle est vraie, occulte le fait que le chômage chez les immigrants est en baisse et en phase avec la réduction générale du chômage au Québec.

Chez les immigrants arrivés au Québec depuis cinq ans ou moins, le taux de chômage chez les 25 à 54 ans, soit le coeur de la population active, est passé de 16,4 % à 14,1 %. Durant la même période, le taux d’activité est passé de 70,2 % à 76,5 %.

Aujourd’hui, 40 % des nouveaux emplois sont comblés par des immigrants au Québec.

Il y a, certes, encore du travail à faire pour améliorer cette situation. En ce sens, la proposition de mieux arrimer les besoins des régions et des entreprises avec la sélection des immigrants pourrait changer la donne.

Mais, encore là, l’argument du chômage élevé pour réduire les seuils d’immigration faiblit quand on constate que les données sur le chômage et l’activité s’améliorent.

Main-d’oeuvre : la situation s’aggrave

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a publié cette semaine les plus récentes estimations sur les postes vacants au Canada et dans les provinces. C’est au Québec que la situation est la plus aiguë : 4,1 % des postes sont à pourvoir depuis au moins quatre mois, soit le taux le plus élevé au Canada.

C’est plus de 117 000 postes qui sont vacants dans les régions du Québec, un facteur de ralentissement de l’économie. Manquer de main-d’oeuvre, c’est reporter des investissements à plus tard, c’est devoir refuser de nouveaux contrats. Ce n’est pas un beau problème, c’est un problème tout court. Il manque de main-d’oeuvre pour des postes non spécialisés, il en manque aussi pour des postes qui demandent plus de compétences et qui sont à plus haut salaire.

En trame de fond, se joue une réalité indéniable : le poids démographique du Québec baisse au Canada, alors qu’il augmente en Ontario. Au rythme actuel, cette situation va s’amplifier.

Depuis 10 ans, le nombre de naissances a baissé de 5,6 % au Québec, passant de 88 891 en 2009 à 83 900 en 2017. Durant la même période, les décès ont augmenté de 14,2 %, passant de 58 043 à 66 300. Ainsi, l’accroissement naturel de la population du Québec a chuté de 43 % l'an dernier, passant de 30 848 à 17 600.

L’immigration ne règle pas tout, loin de là. Mais, sur le strict plan économique, la réduction des seuils semble agraver la situation plutôt que l’améliorer.

Nouveaux arrivants

Économie