•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fonds pour les arts et la culture des communautés francophones minoritaires

Mélanie Joly, debout, répond à une question.

La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, durant la période de questions à la Chambre des communes (archives).

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a annoncé, jeudi, le renouvellement de l'Entente pour le développement des arts et de la culture des communautés francophones en situation minoritaire du Canada. Cette annonce survient dans un contexte épineux pour les Franco-Ontariens.

La nouvelle entente de cinq ans concerne la diffusion des produits culturels et des activités artistiques francophones. La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, soutient que l'entente vise à renforcer la collaboration entre les communautés francophones en milieu minoritaire.

La langue et la culture sont un moteur de développement économique et social puissant. Elles contribuent au rayonnement et à la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire partout au pays, a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

Aujourd’hui, nous réaffirmons l’engagement de notre gouvernement à travailler de concert avec la communauté afin de mieux répondre à leurs besoins.

Déclaration de Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie

De nouveaux fonds pour des organismes franco-ontariens

Seize organismes franco-ontariens, dont quatre à Ottawa, obtiennent également un financement additionnel d'environ 800 000 $. Parmi eux, l'Association des professionnels de la chanson et de la musique recevra 46 225 $ pour le projet Les Franc'Choeurs et l'Association des communautés francophones d'Ottawa touchera 46 000 $ pour Nos Muralités phase II.

Pour sa part, le Réseau Ontario des arts de la scène, basé dans la capitale fédérale, recevra 100 000 $, tandis que deux projets du Mouvement des intervenants et intervenantes communautaires en radio de l'Ontario (MICRO), à Penetanguishene, seront financés à hauteur de 172 000 $.

Ces subventions appuieront l'action culturelle, artistique et patrimoniale. La Fédération culturelle canadienne-française estime que la signature de l'entente envoie un message fort et inspirant [...] à l'heure des grandes secousses qui portent atteinte aux progrès et aux droits des francophones.

Une jeune femme aux cheveux blonds

La ministre fédérale du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly

Photo : Radio-Canada

Université francophone : Joly approche Mulroney

La ministre Joly a également dit avoir approché, plus tôt en journée, la ministre ontarienne des Affaires francophones, Caroline Mulroney, pour lui parler du financement de l'Université de l'Ontario français, mais que cette dernière fait la sourde oreille.

Mon équipe a décidé de contacter l'équipe de Mme Mulroney pour lui faire comprendre comment fonctionnent les fonds complémentaires fédéraux pour leur dire [qu'] essentiellement, il suffit qu'ils présentent un projet et, nous, on est prêt à le financer, a-t-elle déclaré.

Je suis à la table, mais il y a présentement une chaise vide devant moi, alors je veux m'assurer que le premier ministre Ford soit présent, parce qu'il laisse de l'argent sur la table, a-t-elle dit.

La pression se fait de plus en plus grande pour que le gouvernement fédéral intervienne dans le dossier, au moment même où le projet de loi qui crée un poste de commissaire aux services en français sous l'égide de l'ombudsman et qui met en veilleuse l'établissement de l'Université de l'Ontario français à Toronto vient d'être adopté.

Je suis prête à proposer des solutions créatives, mais la réalité c'est que le fédéral ne peut pas présenter le projet, c'est la province qui doit le faire.

Mélanie Joly, ministre fédérale du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie

Mardi, lors d'une présentation au Comité permanent des langues officielles, le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin, a demandé au gouvernement fédéral de financer les quatre premières années de l'Université de l'Ontario français.

Depuis, le gouvernement fédéral et le gouvernement ontarien se renvoient la balle quant à savoir qui doit approcher l'autre en premier pour trouver une solution dans ce dossier.

La ministre Joly soutient avoir beaucoup insisté auprès de la ministre Mulroney. Exaspérée, elle a remis en question les intentions du gouvernement Ford.

Ils ont vraiment toute l'information en main, a-t-elle fait valoir. Rendue là, c'est soit qu'il y a un intérêt de ne pas aller de l'avant de leur part ou le fait qu'ils décident de prendre leur temps pour que le dossier devienne moins important aux yeux de la population.

Avec les informations de Gilles Taillon et Angie Bonenfant

Nord de l'Ontario

Politique fédérale