•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séminaire des Pères Maristes : un élève expulsé pour non-respect des conditions

Enseigne du Séminaire des Pères Maristes photographiée en hiver.
Le Séminaire des Pères Maristes, à Québec Photo: Radio-Canada / Carl Boivin
Radio-Canada

Un des élèves du Séminaire des Pères Maristes accusés d'avoir échangé des photos à caractère sexuel d'adolescentes a été expulsé par l'établissement pour non-respect des conditions.

Un texte de Louis Gagné

La direction de l’école secondaire privée de Québec en a fait l’annonce par communiqué jeudi après-midi. Elle reproche à l’élève d’avoir posé « des gestes inappropriés et en rupture avec les conditions qu'il s'était pourtant engagé à respecter devant la Cour ».

L'élève visé n'est pas un de ceux qui ont plaidé coupables récemment.

Le 24 août dernier, la Cour supérieure avait ordonné au Séminaire des Pères Maristes de réintégrer trois élèves qu’il avait expulsés relativement à un échange présumé de photos sexuellement explicites d'adolescentes fréquentant l'établissement.

L’ordonnance de sauvegarde prononcée par le juge Daniel Dumais imposait une série de conditions aux élèves, notamment celle d’« éviter tout contact avec la ou les victimes alléguées présentes dans l’école autres que ceux inévitables en contexte scolaire ».

Des manifestants tiennent une banderole en appui aux victimes sur laquelle il est écrit : « On vous croit ».Les événements impliquant des élèves du Séminaire des Pères Maristes ont donné lieu à des manifestations en soutien aux victimes. Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Renvoi immédiat

La direction du Séminaire n’a pas précisé la nature des gestes reprochés à l’élève expulsé. Elle dit avoir résilié son contrat de services éducatifs immédiatement après avoir pris connaissance du non-respect des conditions allégué.

« Malgré le fait que dernièrement notre établissement se soit maintes fois retrouvé dans une impasse en raison de l'ordonnance de sauvegarde, les nouvelles dénonciations nous permettent de prendre action aujourd'hui », a déclaré le directeur général de l’école, François Sylvain.

Cinq élèves du Séminaire des Pères Maristes font face à des accusations de leurre informatique en lien avec l’échange de photos intimes de trois adolescentes.

François Sylvain, directeur général du Séminaire des Pères MaristesFrançois Sylvain, directeur général du Séminaire des Pères Maristes Photo : Radio-Canada

Déception

Trois élèves ont reconnu leur culpabilité jusqu’ici. Malgré leurs aveux, la direction du Séminaire des Pères Maristes soutenait jusqu’à tout récemment ne pas avoir le pouvoir de les expulser.

Une situation que dénonçait la mère d’une des victimes. « Je suis déçue de cette école-là […] Ma fille mérite mieux que ça », a réagi la femme plus tôt cette semaine.

Elle se disait « outrée », « dévastée » et « lésée » par la décision du Séminaire de garder les garçons entre ses murs.

Jean-François Roberge en entrevue dans les studios de Radio-CanadaLe ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge Photo : Radio-Canada

Enquête

Une seule des trois victimes fréquente toujours le Séminaire des Pères Maristes.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête sur l’établissement afin de s’assurer que l’adolescente soit en sécurité.

M. Roberge a également réitéré sa promesse de créer un poste de protecteur de l’élève.

Québec

Justice et faits divers