•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'évêque de Chicoutimi et les paroisses doivent payer, croient les victimes de Paul-André Harvey

L'abbé Paul-André Harvey
L'abbé Paul-André Harvey Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les victimes du prêtre Paul-André Harvey demandent à ce que l'évêque de Chicoutimi ainsi que neuf fabriques paient pour les dommages qui pourraient leur être accordés dans le cadre du recours collectif.

La Cour supérieure a entendu jeudi la demande visant à déterminer qui doit payer pour les victimes du prêtre Paul-André Harvey, aujourd’hui décédé.

En plus du diocèse de Chicoutimi et de son évêque, les requérantes souhaitent voir ajouter neuf paroisses de la région où le prêtre a été affecté et l'assureur des fabriques.

Les avocates des fabriques ont fait valoir que six d'entre elles n'existaient pas au moment des faits allégués ou qu'elles ont été dissoutes dans le cadre de la restructuration des paroisses.

Elles ont également estimé que les fabriques géraient les biens de l'église et non ses prêtres, responsabilité de l'évêque, ce qui justifie leur retrait de la requête.

C'est une question nouvelle de savoir si un prêtre est le préposé d'une fabrique, de l'évêque ou d'une corporation. C'est une question qu'on veut poser à la Cour, explique l'avocate des requérantes, Gabrielle Gagné.

La porte-parole des requérantes, Suzanne Tremblay, estime pour sa part que toutes les instances de l'Église sont responsables des événements survenus du début des années 1960 jusqu’aux années 1980.

C’est sûr qu’il y en a un qui va devoir payer la facture parce que tout employeur est responsable de ses employés et de ce qu’il fait lors de son travail.

Suzanne Tremblay, porte-parole des requérantes

Paul-André Harvey a été reconnu coupable d'abus et d'agression sexuelle sur 39 victimes d'âge mineur. Les requérantes au recours sont actuellement près d'une centaine.

La somme des indemnités demandées dépasse les 17 millions de dollars.

Saguenay–Lac-St-Jean

Agression