•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Fred Pellerin conte « Les jours de la semelle »

    Céline Galipeau est devant une mortaise où se trouve l'image de Fred Pellerin et du panneau de la traverse des lutins.
    Le conteur Fred Pellerin nous racontera avec l'Orchestre symphonique de Montréal une nouvelle histoire puisée des contes et légendes de son village natal. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Du 12 au 15 décembre 2018, Fred Pellerin collaborera avec l'Orchestre symphonique de Montréal pour nous dévoiler un nouveau conte se déroulant à Saint-Élie-de-Caxton. Nos archives suivent la carrière de Fred Pellerin depuis ses débuts.

    Saint-Élie-de-Caxton est probablement le seul village au monde où on retrouve une traverse de lutins.

    Pierre Marceau, journaliste au Téléjournal/Le Point

    Naissance d’un conteur

    Ce sera la quatrième fois que Fred Pellerin s’associera à l’Orchestre de Montréal pour nous offrir un conte provenant de son village natal de Saint-Élie-de-Caxton.

    Les Jeux de la Francophonie, 24 juillet 2001

    Les jours de la semelle nous racontent l’histoire de la famille Gélinas qui se trouve, à la veille de Noël, à devoir se sortir d’un détour malheureux qui menace la survie de ses 473 enfants.

    Une famille de 473 enfants; probablement le seul village au monde où l'on retrouve une traverse de lutins. Les personnes et les lieux de Saint-Élie-de-Caxton avaient de quoi inspirer Fred Pellerin, et cela, dès son plus jeune âge.

    En 2001, l’émission Les Jeux de la Francophonie du 24 juillet 2001 qu’anime Daniel Bouchard nous présente celui qu'on connaît alors comme Fréd(éric) Pellerin.

    Le jeune homme représentait le Canada lors d’un concours de performance artistique dans le cadre des Jeux de la Francophonie tenus à Ottawa.

    Il y remporte la médaille de bronze en racontant la folle histoire du dentier de sa grand-mère.

    Un village, ça compte!

    … Y'a une mode d’aller vivre à Montréal, mais au-delà de cela, on peut pas tous vivre à Montréal.

    Fred Pellerin

    Un conteur peut-il réussir à arrêter l’exode des villages au Québec? En tout cas, c’est ce qu’aimerait bien réussir à faire Fred Pellerin, qui a commencé sa bataille dans son propre village de Saint-Élie-de-Caxton.

    Céline Galipeau

    En 2005, Fred Pellerin connaît tant de succès avec ses contes qu’il peut vivre en racontant ses histoires au public.

    Le Téléjournal/Le Point, 23 juin 2005

    Le journaliste Pierre Marceau va à sa rencontre chez lui. Cette rencontre, le journaliste nous la résume dans un reportage présenté à l’émission le Téléjournal/Le Point le 23 juin 2005 qu’anime Céline Galipeau.

    On comprend en l'écoutant que la démarche artistique de Fred Pellerin s’apparente à un combat.

    Au fil du temps, il a compilé des centaines de contes et de légendes provenant de son village. En partageant son travail avec le public, Fred Pellerin cherche à préserver la tradition orale dont ces derniers font partie.

    Ce n’est pas seulement le patrimoine oral que Fred Pellerin veut maintenir vivant.

    ICI TÉLÉ présentera le spectacle de Fred Pellerin le dimanche 23 décembre à 20 h et ARTV fera de même le 25 décembre à 21 h 30.

    Outre le territoire de l’imaginaire, c’est aussi tout le territoire du Québec que le conteur souhaite que l’on occupe.

    Fred Pellerin déplore par conséquent l’exode qui dépeuple l’ensemble des régions rurales du Québec.

    Or, un effet inattendu de son succès dans les salles de spectacle de la province est que l’industrie touristique connaît une forte poussée à Saint-Élie-de-Caxton.

    C’est tellement vrai que les autorités municipales n’ont même plus de cartes du village à distribuer aux touristes!

    Cet attrait est le bienvenu au moment où l’usine de meubles locale, qui faisait travailler 54 personnes, ferme ses portes.

    À Saint-Élie-de-Caxton, les lignes de la réalité et du merveilleux se mélangent en bonne partie grâce à Fred Pellerin.

    C’est pourquoi on peut trouver dans ce village des touristes qui viennent voir... une traverse de lutins.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts