•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fred Pellerin, le conteur né

Plan buste de Fred Pellerin qui gesticule.

Fred Pellerin sur le plateau de l’émission jeunesse « Têtes à Kat » en 2003

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avez-vous écouté le balado T'as un village dans l'oreille! de Radio-Canada OHdio, qui revient sur la carrière de guide touristique de Fred Pellerin? Nos archives suivent la carrière du conteur depuis ses débuts.

Saint-Élie-de-Caxton est probablement le seul village au monde où on retrouve une traverse de lutins.

Pierre Marceau, journaliste au Téléjournal/Le Point

Naissance d’un conteur

En 2001, l’émission Les Jeux de la Francophonie du 24 juillet 2001, qu’anime Daniel Bouchard, nous présente celui qu'on connaît alors comme Fréd(éric) Pellerin.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les Jeux de la Francophonie, 24 juillet 2001

Le jeune homme représentait le Canada lors d’un concours de performance artistique dans le cadre des Jeux de la Francophonie tenus à Ottawa.

Il y remporte la médaille de bronze en racontant la folle histoire du dentier de sa grand-mère.

On retrouve Fred Pellerin le 4 novembre 2003 dans l’émission jeunesse Têtes à Kat, animée par Katerine-Lune Rollet.

Dans cet entretien, le conteur explique d'où il prend son inspiration, des gens du village Saint-Élie-de-Caxton. Ses propos font rire l’animatrice et les participants sur le plateau.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Têtes à Kat, 4 novembre 2003 (remontage)

Un village, ça compte!

… Y'a une mode d’aller vivre à Montréal, mais au-delà de cela, on peut pas tous vivre à Montréal.

Fred Pellerin

Un conteur peut-il réussir à arrêter l’exode des villages au Québec? En tout cas, c’est ce qu’aimerait bien réussir à faire Fred Pellerin, qui a commencé sa bataille dans son propre village de Saint-Élie-de-Caxton.

Céline Galipeau

En 2005, Fred Pellerin a tant de succès avec ses contes qu’il peut vivre en racontant ses histoires au public.

Le journaliste Pierre Marceau va à sa rencontre chez lui. Cette rencontre, le journaliste nous la résume dans un reportage présenté à l’émission le Téléjournal/Le Point le 23 juin 2005, qu’anime Céline Galipeau.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le Téléjournal/Le Point, 23 juin 2005

On comprend en l'écoutant que la démarche artistique de Fred Pellerin s’apparente à un combat.

Au fil du temps, il a compilé des centaines de contes et de légendes provenant de son village. En partageant son travail avec le public, Fred Pellerin cherche à préserver la tradition orale dont ces derniers font partie.

Ce n’est pas seulement le patrimoine oral que Fred Pellerin veut maintenir vivant.

Outre le territoire de l’imaginaire, c’est aussi tout le territoire du Québec que le conteur souhaite que l’on occupe.

Fred Pellerin déplore par conséquent l’exode qui dépeuple l’ensemble des régions rurales du Québec.

Or un effet inattendu de son succès dans les salles de spectacle de la province est que l’industrie touristique connaît une forte poussée à Saint-Élie-de-Caxton.

C’est tellement vrai que les autorités municipales n’ont même plus de cartes du village à distribuer aux touristes!

Cet attrait est le bienvenu au moment où l’usine de meubles locale, qui faisait travailler 54 personnes, ferme ses portes.

À Saint-Élie-de-Caxton, les lignes de la réalité et du merveilleux se mélangent en bonne partie grâce à Fred Pellerin.

C’est pourquoi on peut trouver dans ce village des touristes qui viennent voir... une traverse de lutins.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.