•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 6300 arbres victimes de l'agrile du frêne seront abattus au Bois-de-Saraguay

Une femme marche dans un sentier entouré d'arbres.
Le Bois-de-Saraguay est ouvert au public depuis 2016. Photo: Radio-Canada

Montréal s'apprête à abattre plus de 6300 arbres atteints par l'agrile du frêne dans le parc-nature du Bois-de-Saraguay, dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville.

Un texte de Jérôme Labbé

La Ville a confirmé la nouvelle par communiqué jeudi, au lendemain de l'adoption par le comité exécutif d'un contrat de 1,3 million de dollars à l'entreprise Serviforêt.

Les arbres identifiés par la Municipalité sont dans un état de dépérissement avancé, voire déjà morts, souligne-t-elle.

Les travaux seront menés de janvier à mars 2019. Ils devront donc être terminés avant la période de nidification des diverses espèces d'oiseaux qui habitent le Bois-de-Saraguay, écrit le responsable des grands parcs au comité exécutif, Luc Ferrandez.

Cet abattage massif s'inscrit dans le cadre de la stratégie de lutte contre l'agrile du frêne, qui a déjà amené la Ville à abattre 5800 arbres, dont 4000 sur le mont Royal et plusieurs autres au parc Jean-Drapeau.

Plus de 52 000 frênes demeurent toutefois debout à Montréal et reçoivent des traitements de la Municipalité.

L'agrile du frêne sur une feuille.L'agrile du frêne est un insecte venu d'Asie. Il fait des ravages à Montréal depuis 2011. Photo : iStock / yod67

En plus de ces 6300 frênes, 150 arbres jugés dangereux pour les visiteurs seront aussi enlevés par Serviforêt dans le Bois-de-Saraguay.

« Les arbres coupés seront transformés et valorisés selon les normes en vigueur », écrit la Ville, ajoutant que « le parc-nature sera fermé au public pendant les travaux ».

« La forêt [...] étant bien régénérée naturellement, la restauration nécessitera peu de plantation », indique-t-elle par ailleurs.

Un parc aussi rare que précieux

Situé dans le secteur Cartierville, entre les autoroutes 13 et 15, le Bois-de-Saraguay est délimité par la rivière des Prairies au nord, et la ligne de train de banlieue Montréal-Deux-Montagnes au sud. Il est aussi traversé par le boulevard Gouin.

Le parc-nature est ouvert au public depuis 2016. Près de 2 kilomètres de sentiers ont été aménagés dans le secteur oriental du boisé.

D'une superficie de 93 hectares, le site figure au registre patrimonial du ministère de la Culture et des Communications.

C'est au terme d'une bataille citoyenne qui aura duré 40 ans que la Ville a finalement décidé d'en faire un parc-nature. Le boisé était fermé depuis son acquisition par la Ville en 1984 et a failli faire place à un projet immobilier à la fin des années 1970.

Grand Montréal

Faune et flore