•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le directeur général du CLD de Rouyn-Noranda congédié

André Rouleau, directeur général du CLD de Rouyn-Noranda.
André Rouleau, directeur général du CLD de Rouyn-Noranda, a été congédié mardi. (archives) Photo: Radio-Canada / Piel Côté

Le directeur général du Centre local de développement de Rouyn-Noranda, André Rouleau, a été congédié.

Avec les informations de Piel Côté

Le conseil d'administration a finalement fait ce choix, mardi, lors d'une réunion.

Le président du conseil, Michel Théberge, explique que le CA a décidé de ne plus continuer avec M. Rouleau.

C'est une décision de régie interne qui a été prise par le conseil d'administration du CLD. Non, je n'ai pas d'affaire à donner de raisons présentement, c'est de la régie interne au niveau du conseil d'administration du CLD, a-t-il déclaré.

M. Théberge a toutefois reconnu qu'il y a eu des manques de communications entre la Ville et le CLD. Pour cette raison, deux nouveaux comités exécutifs ont été créés afin qu'il y ait davantage de transparence entre la Ville et le CLD.

Plainte au Tribunal administratif du Travail

M. Rouleau touchera donc une prime de départ à la suite du non-renouvellement de son contrat. Il ne devait toutefois pas y en avoir et M. Rouleau avait d'ailleurs déposé une plainte pour congédiement sans cause juste et suffisante au Tribunal administratif du Travail (TAT), une information confirmée par le TAT et Michel Théberge. La plainte sera toutefois retirée à la suite de l'entente survenue entre les deux parties.

Il avait un contrat de travail, mais nous avons négocié. Dans une négociation, les deux parties mettaient de la pression, a commenté M. Théberge, lorsqu'on lui a demandé pourquoi le CA du CLD ne prévoyait pas lui verser de prime de départ à l'origine.

André Rouleau a préféré ne pas donner suite à notre demande d'entrevue.

Michel Théberge a fait savoir que le directeur général du CLD possédait un contrat d'un an, renouvelable.

Diane Dallaire refuse de commenter les dernières années du CLD

La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, a préféré ne pas trop commenter le départ d'André Rouleau. À six reprises au cours de son entrevue, la mairesse a refusé de dire si elle était satisfaite du travail réalisé par le CLD dans les dernières années.

Le CLD et le développement économique, c'est majeur. Étant donné que je viens d'être informée du départ de M. Rouleau, la priorité, c'est de rencontrer les dirigeants du CLD, laisse-t-elle entendre.

On est confiant que l'organisme va être en mesure de réaliser les actions proposées et les priorités établies par la Ville dans la planification stratégique dans le futur, ajoute Mme Dallaire.

Pour l'instant, l'important est de mesurer par des objectifs mesurables, lance également Mme Dallaire. Je m'oriente vers l'avenir et je me dis que le CLD, c'est un organisme indépendant. Si le conseil a choisi ça, c'est parce qu'on croit que le CLD est l'organisme idéal pour réaliser les objectifs de notre planification.

États financiers

Radio-Canada a tenté d'obtenir les états financiers du CLD. Le président du conseil d'administration du CLD, Michel Théberge, a d'abord répondu qu'ils étaient disponibles sur le site web et qu'il s'agissait d'un document public.

Vérifications faites, l'information ne s'y trouvait pas. Il s'agissait plutôt du rapport annuel. M. Théberge a par la suite répondu qu'il devait consulter la Ville de Rouyn-Noranda avant de nous faire parvenir lesdits états financiers.

La mairesse de Rouyn-Noranda a plutôt répondu que le CLD est un organisme important et indépendant.

Abitibi–Témiscamingue

Développement économique