•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick révise à la baisse son déficit budgétaire

Ernie Steeves donne une conférence de presse.
Le ministre des Finances, Ernie Steeves, affirme qu'il faut mieux gérer l'argent des contribuables pour ne pas laisser une dette écrasante aux prochaines générations. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick annonce un déficit budgétaire beaucoup moins élevé que prévu et il promet un changement de direction dans le budget d'immobilisations, mardi prochain.

Le ministre Ernie Steeves a présenté les résultats financiers du deuxième trimestre de l’exercice 2018-2019 jeudi matin à Fredericton.

Les revenus fiscaux de la province augmentent, dit-il, et le déficit budgétaire prévu est maintenant de 131 millions de dollars.

Lors de la dernière mise à jour financière avant les élections, présentée en juillet, le gouvernement précédent prévoyait un déficit budgétaire de 187,4 millions de dollars pour 2018-2019.

Le Nouveau-Brunswick doit se serrer la ceinture, selon Ernie Steeves

La dette nette a pratiquement doublé en 10 ans et elle devrait augmenter à 14,3 milliards de dollars d’ici la fin de l’exercice financier, estime le ministre des Finances.

Si la dette continue d’augmenter, elle risque d’entraîner des conséquences sur la cote de crédit de la province et le financement de services publics comme la santé et l’éducation, souligne-t-il.

Nous devons contrôler nos dettes si nous voulons bâtir un bel avenir pour nos enfants. [...] Nous devons mieux gérer l’argent des contribuables et renforcer notre économie, affirme Ernie Steeves.

Le ministre des Finances dit qu'il n'a pas fixé une cible de réduction de 2 % du budget de chaque ministère, comme l'avait fait Blaine Higgs en 2011, lorsqu'il était lui-même ministre des Finances, mais il affirme qu'il faudra trouver d'autres moyens de réduire les dépenses.

Par exemple, la Société de développement régional dépense trop de fonds publics, selon lui. Cet organisme est responsable, entre autres, du Fonds de développement du nord, et fournit de l'aide à des entreprises et des organismes communautaires, comme des bibliothèques, des salles de théâtre ou des marchés de fermiers.

De son côté, Roger Melanson, député libéral de Dieppe-Centre-Lewisville et critique libéral en matière de finances, croit que les régions du Nouveau-Brunswick doivent surveiller de très près quelles seraient les décisions du gouvernement actuel en matière d'investissement par l'entremise de la Société de développement régional.

Roger Melanson avant de s'entretenir avec un journaliste. Roger Melanson, député de Dieppe-Centre-Lewisville. Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Lorsque les conservateurs sont au gouvernement, c'est l'austérité.

Roger Melanson, député libéral de Dieppe-Centre-Lewisville

Le budget d’immobilisations s’annonce serré

Ernie Steeves promet un virage dans le prochain budget d’immobilisations. Les contribuables, dit-il, verront alors que son gouvernement est sérieux en matière de décisions financières.

Le ministre explique qu’il ne présentera pas une liste de magasinage. Le budget d’immobilisations portera surtout sur l'entretien des infrastructures existantes et les projets incontournables, dit-il, en ajoutant du même souffle qu'il faut redresser les finances publiques.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale