•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environnement : le Canada doit sortir de l'Accord de Paris, croit Maxime Bernier

Maxime Bernier au micro à l'émission matinale Première heure, animée par Claude Bernatchez.

Maxime Bernier au micro à l'émission matinale Première heure, animée par Claude Bernatchez.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Radio-Canada

Maxime Bernier accuse le gouvernement Trudeau de faire preuve d'hypocrisie dans ses cibles de réduction des gaz à effet de serre. S'il était élu premier ministre, le chef du Parti populaire du Canada sortirait de l'Accord de Paris, plutôt que de « mentir » à la population.

Un texte d’Alain Rochefort

Les industries canadiennes ne seraient plus imposées sur le carbone par le fédéral, sous un gouvernement dirigé par Maxime Bernier.

« On ne signerait pas le traité de Paris, on sortirait de ça, explique-t-il. Le gouvernement Trudeau dit qu’avec ses actions, il va atteindre ses cibles. Ses actions, c’est d’imposer une taxe sur le carbone de 20 $ la tonne, mais tous les experts disent qu’à 20 $ la tonne, on n’atteindra pas ses objectifs ».

[Justin] Trudeau est hypocrite et ment à la population. Ça sert à quoi de signer un traité qu’on ne respectera pas?

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada

« Moi, je dirais aux provinces, vous pouvez avoir des programmes [sur l’environnement], vous le faites déjà. C’est votre responsabilité, je n’imposerai pas un règlement de plus. Ce n’est pas le rôle d’Ottawa, je laisse ça aux provinces », a-t-il signifié au cours d'un arrêt à Québec, dans le cadre d’une tournée pancanadienne pour faire connaître son parti.

Maxime Bernier croit que le privé détient la clé pour trouver des solutions durables aux problèmes de gaz à effet de serre.

« Il faut des mesures qui vont permettre au privé de trouver des solutions, comme GM par exemple qui va construire des autos électriques, parce que les gens demandent ça », ajoute-t-il.

Pas à Ottawa de payer pour le 3e lien

Dans le même ordre d’idées, Maxime Bernier soutient que l’argent du fédéral ne doit pas servir à la construction d’un 3e lien entre Québec et Lévis. Le programme d’infrastructures instauré sous l’ère de Jean Chrétien « pour acheter des votes » n’a pas sa raison d’être pour des projets locaux.

« Des infrastructures routières, ce n’est pas le rôle du fédéral. Les Québécois ne devraient pas être taxés pour des projets ailleurs au Canada et vice-versa. Je pense que si Québec veut faire un 3e lien, il peut retaxer les Québécois pour ses propres responsabilités ».

« Si une autoroute est nationale, c’est le rôle du fédéral, mais pas des infrastructures locales », affirme Maxime Bernier pour qui la réfection du pont de Québec n'appartient pas non plus à la juridiction fédérale.

Immigration : d’accord avec Legault

Maxime Bernier est d’accord avec l’idée de diminuer le nombre d’immigrants, mais souhaiterait « donner mais un ratio plus important d’immigrations à caractère économique pour combler le manque de main-d’œuvre dans certains secteurs. »

J’écouterais les besoins du Québec. Le gouvernement Legault a été élu légitimement sur une plate-forme où il prône un seuil d’immigration qu’il souhaite réduire de 10 000. Et je respecterais leur décision.

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada

Un parti « populiste, mais intelligent »

Maxime Bernier qualifie par ailleurs le nouveau parti qu’il a fondé de « populiste, mais intelligent ». Il est extrêmement heureux des premiers pas franchis par son parti basé autour de quatre principes : la liberté, la responsabilité individuelle, l’équité et le respect.

« J’étais à Vancouver il y a déjà quelques semaines. Il y a 300 personnes qui sont venues à notre rassemblement. Le but est de parler de notre message, dire à la population qu’est-ce qu’on veut faire, quelle est notre vision pour le Canada ».

« On a déjà 33 000 membres en moins de 2 mois. Si l’on compare avec Parti vert qui existe depuis 35 ans, ils ont 19 000 membres ».

Propos recueillis par Claude Bernatchez, animateur de l’émission Première heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique