•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les avocats de Dennis Oland tentent d'exclure des preuves sa déposition aux policiers

Dennis Oland arrive au palais de justice de Saint-Jean, pour le 7e jour de son procès, le 30 novembre 2018.
Dennis Oland arrive au palais de justice de Saint-Jean, lors de son nouveau procès pour meurtre. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La défense a tout essayé pour que la déposition faite par Dennis Oland aux enquêteurs après le meurtre de son père soit exclue lors de son nouveau procès. Ses avocats ont plaidé que leur client a été « détenu psychologiquement » par la police et que son témoignage a été obtenu dans des conditions qui ne respectaient pas ses droits fondamentaux.

Un texte de Catherine Allard

Des documents judiciaires montrent que les avocats de Dennis Oland ont tenté de faire exclure la vidéo de l'interrogatoire de la police. Cette vidéo est cependant cruciale à la cause de la Couronne. Lors du premier procès - qui a mené à un verdict de culpabilité - seulement la première moitié avait été présentée.

Lors d’audiences spéciales au printemps, la défense a soutenu devant le juge que la déposition de Dennis Oland ne résultait pas d'un choix éclairé. Selon elle, les policiers l’ont interrogé en lui cachant le fait qu'il avait été le dernier à voir son père vivant et qu’une enquête pour meurtre était en cours.

La défense a également fait valoir que la police lui a seulement fait part de ses droits fondamentaux plus de deux heures après le début de l'interrogatoire et qu’il est resté silencieux pendant la seconde moitié de l'interrogatoire, qui a duré environ cinq heures.

La défense a plaidé pour que la vidéo de l'interrogatoire soit exclue au nom de la confiance du public envers le système de justice. Le juge Terrence Morisson a finalement refusé de se plier à la demande de la défense.

Des extraits de la vidéo sont présentés en cour jeudi après-midi, dans le cadre du témoignage de Stephen Davidson, le policier qui a mené l’interrogatoire.

Dennis Oland lors de l'interrogatoire de la police, le 7 juillet 2011, mené par le sergent Stephen Davidson. Dennis Oland lors de l'interrogatoire de la police mené par le sergent Stephen Davidson, le 7 juillet 2011. Photo : Radio-Canada

L'alcool dans l'urine difficile à expliquer

Le toxicologue médico-légal Albert Fraser, qui a examiné des échantillons recueillis lors de l'autopsie de Richard Oland, a témoigné jeudi matin. Il n’avait pas témoigné lors du premier procès de Dennis Oland, en 2015.

Albert Fraser a examiné des échantillons qui ont été recueillis lors de l’autopsie, le 8 juillet 2011. Les échantillons incluent du sang, de l’urine et le corps vitré (une substance transparente et gélatineuse dans l’oeil). Une très faible quantité d'alcool a été retrouvée dans l'urine de Richard Oland.

Le toxicologue médico-légal Albert Fraser a examiné des échantillons recueillis lors de l’autopsie de Richard Oland.Le toxicologue médico-légal Albert Fraser a examiné des échantillons recueillis lors de l’autopsie de Richard Oland. Photo : Radio-Canada

Un échange de courriels entre le toxicologue et la Couronne, présenté en cour jeudi matin par la défense, montre qu'Albert Fraser a conclu que la consommation d'une boisson alcoolisée dans les heures précédant la mort expliquait sans doute la présence d'alcool dans l'urine de la victime.

L'avocat de la défense, Alan Gold, a tenté de démontrer que Richard Oland avait pu quitter son bureau pour aller boire un verre, ou que quelqu'un d'autre avait pu se rendre à son bureau, mais le toxicologue n'a pas voulu en venir à ce genre de conclusions.

Plus tôt cette semaine, le pathologiste qui a procédé à l’autopsie a affirmé que le rapport toxicologique n’avait pas permis d’en apprendre beaucoup sur l’état de Richard Oland au moment de sa mort. Il a seulement noté qu’une très petite quantité d’alcool a été retrouvée dans l’urine de la victime.

Richard Oland, a été trouvé sans vie le matin du 7 juillet 2011 dans son bureau du centre-ville de Saint-Jean. L'homme d'affaires de 69 ans, ancien dirigeant de la brasserie Moosehead, a été battu à mort.

Son fils, Dennis Oland, a été inculpé de meurtre au deuxième degré en 2013. Il a été condamné en 2015, mais le verdict du jury a été annulé en appel en 2016, et un nouveau procès a été ordonné.

Avec des informations de Bobbi-Jean MacKinnon

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites