•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario veut permettre la chasse aux cormorans

Photo d'un oiseau noir qui tient un poisson dans son bec.
Les cormorans mangent énormément de poissons, se plaignent des pêcheurs. Photo: Associated Press / Robert F. Bukaty
Radio-Canada

Une proposition de chasse du cormoran à aigrettes faite par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts pourrait permettre de réguler la population grandissante de l'espèce, mais pourrait aussi la mettre en péril, selon un expert.

On voit un grand nombre de cormorans détruire des rives, détruire des arbres, détruire des îles inhabitées, explique Sébastien Roy, pêcheur assidu de la région de Barrie. Pour lui, cette espèce est un véritable fléau.

Ces oiseaux-là vont manger jusqu’à 12 à 18 livres de poissons par jour, donc quand vous avez une colonie de cormorans dans un lac, ça peut détruire la faune aquatique en une journée.

Sébastien Roy, pêcheur

Une préoccupation partagée par certains groupes de l’industrie de la pêche, qui s’inquiètent de voir diminuer les populations halieutiques.

Avis divergent

L’impact sur l’industrie de la pêche est encore à déterminer, tempère le biologiste expert en ornithologie Jason Weir, de l’Université de Toronto.

Ils consomment principalement des petits poissons d’appât qui ont été introduits et ne sont pas indigènes au lac. On pourrait même considérer qu’ils rendent service.

Jason Weir, professeur de l'Université de Toronto

En plus de sa grande consommation de poissons, le cormoran à aigrettes produit des excréments dont l’odeur est nauséabonde et crée des désagréments pour les populations avoisinant les colonies.

L’acidité des excréments est également la cause de la destruction de rives et d’arbres, entraînant des conséquences environnementales sur les écosystèmes.

La nuisance de l’oiseau noir n’est pas nouvelle. En 2016 déjà, le député progressiste-conservateur de la région de Leeds-Greenville-Thousand Islands et Rideau Lakes, Steve Clark, demandait au gouvernement libéral d'intervenir.

Une requête que semble avoir entendue son parti, désormais au pouvoir, et qui propose d’inscrire le cormoran à aigrettes comme oiseau de gibier et de créer une saison de chasse en Ontario afin d’en contrôler la population dans la province.

M. Weir reconnaît un besoin de contrôle de la population des cormorans dans certaines régions de l’Ontario, mais émet toutefois des réserves au sujet de la proposition du gouvernement, notamment concernant ses quotas.

Selon la proposition actuelle, un chasseur serait autorisé à abattre jusqu’à 50 individus par jour, et ce, sur une période de neuf mois et demi. Cela permettrait, en théorie, de tuer légalement quelque 14 000 cormorans par chasseur, en une saison.

Pour le professeur Weir, c'est un chiffre bien trop élevé.

Celui-ci souligne également que ces oiseaux vivent en colonie, soit en grand nombre dans un petit espace. Il serait facile pour un chasseur peu scrupuleux de les éradiquer, dit-il.

Contacté par Radio-Canada au sujet des raisons de cette limite, le gouvernement n’a pas répondu. Les citoyens ont, eux, jusqu’au 3 janvier pour faire part de leur opinion sur la proposition des progressistes-conservateurs.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Politique provinciale